Partager

Le Colonel Assimi Goïta propose de confier le poste de Premier Ministre au M5-RFP (Mouvement du 5 juin pour le rassemblement des forces patriotiques). C’était au cours d’une rencontre, le vendredi dernier, avec la classe politique. Quelques heures plus tard, un Responsable du M5 confirme que le mouvement a désigné Choguel Kokalla Maïga pour occuper la primature. Un choix judicieux !

Devant les Représentants des partis politiques, le Chef de l’ex junte a confirmé ce qui était une rumeur depuis plusieurs jours. Le premier poste de la Primature reviendra au M5-RFP. Le mouvement de contestation qui a été à l’origine du départ du Président Ibrahim Boubacar Kéïta, mais qui est resté opposé à la Transition depuis la mise en place des organes de cette Institution.

Le choix de Choguel Kokalla Maïga comme Premier Ministre serait très judicieux tant il aura fait preuve de vision, de rassemblement, de dynamisme et de cohérence, le tout avec une rigueur et une constance hors du commun tout au long du combat pour le changement du M5- RFP

En effet, Dr Maïga a été à la pointe de la contestation contre la mauvaise gouvernance de l’ancien Régime. Le Président du Comité stratégique du M5- RFPn’a cessé de dénoncer la mauvaise gouvernance et le gouffre dans lequel IBK et son Régime avaient plongé le pays. Ce combat a finalement abouti, le 18 aout 2021, avec  la chute du Régime  Ibrahim Boubacar Keïta.  

Après l’installation des Autorités de la Transition et face à la tournure que prenait la direction de la transition, Dr Choguel n’avait pas hésité à monter au créneau pour prévenir des risques d’impasse du chemin emprunté par les Autorités de l’époque empruntaient. Et il ne s’est pas simplement contenté de dénoncer. A l’appui, il proposait toujours des pistes de solutions à travers des déclarations  du M5 dont, entre  autres : «La création d’un organe unique et indépendant de gestion des élections; la relecture de l’Accord d’Alger au contenu encore inconnu pour une grande partie de la Population malienne ; la réduction du train de vie de l’Etat par un changement volontariste de la gouvernance des affaires publiques ; la mise en œuvre des audites attendues des Institutions et des financements publics ; une lutte contre la vie chère et les hausses des prix des denrées alimentaires et de première nécessité ». Pour plus de justice sociale, il prônait la « mutualisation des initiatives, stratégies et actions à entreprendre pour la rectification de la transition encours conformément aux exigences impératifs de changement attendus par le peuple malien ».

La constance dans la vision 

En outre, pour éviter l’enlisement, le crash, Choguel K. Maïga, au nom du M5, avait adressé une correspondance, le 16 novembre 2020, au Vice-président de la transition, Colonel Assimi Goïta. Objet ? Faire des propositions sur la mise en place du Conseil national de transition (CNT) et pour proposer la signature « d’un Accord de Collaboration clair et net pour une Transition de rupture et de refondation d’un Mali Nouveau ».

Dans cette correspondance, le Comité stratégique du M5- RFP avait fait un certain nombre de propositions concrètes permettant de mettre la transition sur les rails. Parmi ces propositions, on peut noter la demande de recentrage du processus de Transition axé sur les attentes réelles et légitimes du Peuple malien, à travers, notamment, l’ouverture des enquêtes et poursuites judiciaires contre les auteurs des tueries et exactions subies par les manifestants pacifiques des 10, 11 et 12 juillet 2020 à Bamako et dans les Régions ; de procéder à un audit urgent et systématique dans les finances publiques et parapubliques, la gestion des cadastres domaniaux et miniers, l’aliénation du patrimoine immobilier de l’Etat, les projets sectoriels, les Institutions de la République, les grandes Administrations (EPICs, EPAs : EDM, PMU, CMDT, AGEFAU, etc.) ; une relecture intelligente de l’Accord pour paix et la réconciliation nationale issu du processus d’Alger afin d’en assurer la mise en œuvre effective pour aboutir au retour progressif et définitif de la paix et de la sécurité sur l’ensemble du territoire national,…

A travers ces propositions, l’on peut dire que le Président du Comité stratégique du M5- RFP a une vision claire pour la rupture avec l’ancien système espérée par la majeure partie du Peuple malien.

Mémé Sanogo

Source: L’Aube