Partager

La nomination de Cheick Modibo Diarra comme premier ministre semble être favorablement accueillie par la classe politique malienne. A travers des communiqués et conférences, des groupements politiques ont exprimé leur satisfaction de la décision présidentielle. Nous avons interrogé quelques personnalités !

Mme Ascofaré Ouleymatou Tamboura, député à l’Assemblée nationale : «Nous pensons que Cheick Modibo Diarra est un patriote»

Je salue cette nomination du nouveau premier ministre. C’est un malien de l’extérieur. Tout le monde connait Cheick Modibo Diarra de part ses faits scientifiques notamment sa participation à une expédition au niveau de la NASA. Ce n’est pas tous les maliens de ce niveau qui s’intéressent à leur pays. Nous pensons que c’est un patriote. Avec le président intérimaire, le gouvernement qui sera mis en place, je pense qu’il va prendre les questions brûlantes de l’heure pour y apporter les solutions idoines pour que les fils et les filles du Mali notamment au nord puissent retrouver la sérénité, que le jeu normal des institutions démocratiques puisse se faire, qu’on puisse faire des élections apaisées afin que ce Mali dont nous sommes tous fiers puisse retrouver ses valeurs : un Mali débout, démocratique et qui avance.

Le premier ministre peut être sûr de l’accompagnement de la classe politique parce que c’est le signe d’un retour à la vie constitutionnelle normale. Nous savons que sa tâche ne sera pas facile. Mais nous savons qu’il a la capacité intellectuelle et physique, de parvenir à sa mission. Jusqu’à preuve du contraire, nous sommes persuadés qu’en tandem avec le président intérimaire, il pourra faire sortir le Mali de la situation catastrophique indescriptible dans laquelle il vit depuis quelques mois.

Ibrahima N’Diaye, vice-président de l’Adéma-PASJ : «Le terrain politique a ses exigences»

Nous n’avons pas été consulté en amont pour sa nomination mais il était entendu que le CNRDRE, le médiateur et le président de la République allaient convenir d’un choix. Ce qui a été fait. Donc le choix consensuel même s’il n’est pas en amont doit être en aval. Apprécions l’homme. Celui qui est choisi n’est pas un inconnu au Mali. C’est un homme de science connu dans le monde entier ; un patriote qui s’est toujours intéressé à son pays. Il a exprimé un vrai sentiment pour son pays. Sur tout le continent africain, il a pris son bâton de pèlerin pour voir comment servir l’Afrique. Je pense que nous pourrons nous réjouir que le choix se soit porté sur lui. Je demande à tout le monde de l’accompagner. Le patriote est quelqu’un qui aime son pays mais le terrain politique a ses exigences, ses difficultés.

On peut être patriote, homme de science, homme de culture, mais ne pas pouvoir répondre efficacement aux préoccupations politiques liées à la gestion des affaires du pays dans un contexte extrêmement difficile. Je pense que la main a été heureuse, on le jugera à la tâche. A priori, nous pensons que c’est un bon choix. Il aura besoin des politiques et les politiques sont à sa disposition jusqu’à ce que nous puissions atteindre nos objectifs. Notre disponibilité est garantie, c’est à lui de nous conforter dans ce choix.

Propos recueillis par Seydou Coulibaly

Le 19 Avril 2012

© AFRIBONE