Partager

Le Jeudi 30 Avril 2009, à l’instar des pays membres de l’Interafricaine de la prévention des risques professionnels, le Mali a célébré la 13è Journée Africaine de prévention des risques professionnels, au Centre International de Conférence de Bamako (CICB).

La cérémonie d’ouverture de cette Journée et placée sous le thème “La santé au travail : mieux prévenir les risques, mieux protéger les victimes” était présidée par le Secrétaire Général du ministère du Développement Social, de la Solidarité et des Personnes Agées, M. Amadou Rouamba, et a enregistré la présence, entre autres, du Directeur Général Adjoint de l’INPS, M. Boubacar Sidiki N’Diaye.

Depuis son lancement à Bamako en Avril 1997, cette journée est célébrée de façon régulière par l’ensemble des pays de l’Interafricaine de la prévention des risques professionnels et par ceux de la Conférence interafricaine de la prévoyance sociale.

Dans une communion de pensée et d’action, elle offre, aux acteurs concernés, une occasion d’oeuvrer pour une mobilisation massive en faveur de la promotion des activités de prévention. Car en la matière, les statistiques sont très alarmantes.

En effet, selon ces statistiques, 270 millions d’accidents du travail surviennent par an. Les mêmes statistiques annoncent qu’une personne meurt chaque seconde suite au travail. Ces statistiques font également état de 160 millions de malades du travail et de 12 millions de décès d’enfants par an, suite au travail. C’est pourquoi le Directeur Général Adjoint de l’INPS a souhaité qu’au terme de cette journée, que “nous ayons une préoccupation commune, celle de permettre aux travailleurs d’atteindre une meilleure qualité de travail et de vie“.

Dans son intervention, le Secrétaire Général du ministère du Développement Social, de la Solidarité et des Personnes Agées a rappelé que durant ces vingt dernières années, les progrès techniques réalisés ont certes apporté la prospérité, mais quelles ont engendré aussi des accidents, des maladies, des handicaps et des morts, brisant ainsi de nombreux destins. Toutes choses qui lui ont fait dire que les Etats doivent veiller à garantir et à renforcer la sécurité, à améliorer la prévention et la réparation des accidents du travail et des maladies professionnelles.

Aussi-t-il invité la société civile à défendre et à accompagner les personnes victimes d’accidents du travail ou de maladie professionnelle et d’exercer une vigilance permanente.


Adama S. DIALLO

08 Mai 2009