Partager

Échanger sur les dispositions à prendre et donner éventuellement des nouvelles orientations au Comité technique de coordination pour la lutte contre la grippe aviaire (CTA) afin de prévenir l’introduction de la grippe A/H1N1 au Mali, était l’objet de la 172e réunion du CTC, organisée le 6 mai 2009 dans la salle de conférence du ministère de l’Elevage et de la Pêche.

Le ministre de l’Elevage et de la Pêche et ses collègues de la Santé, de l’Administration territoriale et de Collectivités locales, en présence du représentant de la Sécurité intérieure et de la Protection civile, ont présidé le 6 mai la 172e réunion du Comité technique de coordination pour la lutte contre la grippe aviaire (CTC)). L’objectif était d’intensifier la prévention contre l’introduction de la grippe A/H1N1 dans notre pays.

« Le risque du passage du virus de l’homme au porc et autres espèces animales est à prendre au sérieux si l’épidémie persiste et s’étendait à d’autres zones économiquement fragiles » , a dit Mme Diallo Madeleine Bah. Elle a ajouté que le CTC, qui tient sa 172e réunion hebdomadaire, permet, entre autres, d’élaborer les textes adéquats pour prévenir l’introduction de cette maladie au Mali, d’élaborer des plans et des programmes de lutte contre la maladie aussi bien chez la volaille qu’en cas de pandémie, d’organiser des sessions de formation des vétérinaires, médecins, agents de la conservation de la nature, de sécurité, des professionnels de la filière avicole et journalistes.

Selon Mme la ministre de l’Elevage et de la Pêche, le CTC a pu mettre en place au niveau des laboratoires (LCV et CNAM) du matériel et équipements de diagnostic de présomption, d’acquérir du matériel et d’équipements de protection individuelle et collective. « Pour le moment, en dehors du cas isolé de contamination du porc par l’homme dans une ferme au Canada, les suidés domestiques ou sauvages n’ont pas été atteints », a-t-elle indiqué.

Pour le ministre de la Santé, la situation est suivie de très près par les services techniques de son département assistés en cela par la représentation de l’OMS du Mali. A ses dires, à la date du 4 mai 2009, il été détecté dans le monde 1150 cas, dont 27 décès. « Aucun cas suspect n’a été détecté à ce jour dans notre pays par le système national de surveillance épidémiologique », a informé le ministre Oumar Ibrahim Touré pour qui, l’OMS a relevé son niveau d’alerte à 5 sur une échelle de 6 en raison de l’ampleur que prend la grippe dans le monde.

Le ministre de l’Administration territoriale et des Collectivités locales a, au nom des populations maliennes, félicité le CTC pour le suivi régulier de la situation de la grippe aviaire et son rôle constant de surveillance pour la prévention de l’introduction de la grippe porcine.


Une maladie compliquée

La grippe A/H1N1 est transmise d’homme à homme par les gouttelettes émises, en toussant, en éternuant, en touchant des surfaces ou en rentrant en contact avec des objets contaminés. C’est une maladie qui affecte le système respiratoire. Elle est causée par le virus A/H1N1. Ses symptômes sont la fièvre, les maux de tête, les courbatures, l’écoulement nasal, une toux, des nausées, un manque d’appétit, une diarrhée et des vomissements. Ils peuvent se compliquer par une pneumonie et des problèmes respiratoires.

Idrissa Sako

08 Mai 2009