Partager

Le ministère sud-africain des Affaires étrangères a annoncé vendredi la reprise des discussions entre les différents partis zimbabwéens, 2 semaines après la suspension des négociations sur un partage du pouvoir. Jeudi, le régime zimbabwéen a réitéré sa volonté de former un gouvernement, malgré le refus de l’opposition d’y participer tant qu’un accord de partage du pouvoir n’aura pas été conclu. La faction minoritaire de l’opposition, en position de faire basculer d’un côté comme de l’autre la majorité au Parlement, continue quant à elle de prédire une reprise « prochaine » du dialogue. Ce groupe mené par Arthur Mutambara souffle le chaud et le froid, s’alliant tantôt au régime, tantôt à l’opposition. Le dialogue entre les 3 parties, destiné à sortir le pays de la crise, achoppe sur les prérogatives dévolues au Premier ministre et au président.