Partager

Après avoir prêté serment devant le président de la République le samedi dernier, le nouveau Médiateur de la République, le doyen Baba Hakib Haïdara, malgré ses 80 ans, s’est montré déterminé à relever les défis qui sont désormais les siens dans le nouveau Mali en chantier.

ll a célébré son 80 ème anniversaire hier lundi 28 octobre. Baba Hakib Haïdara ne pouvait mieux commencer sa nouvelle mission de médiateur de la République du Mali. Il a prêté serment le samedi dernier à Koulouba. Il s’est engagé à impulser une nouvelle dynamique à cette institution véritable courroie de transmission entre l’administration et les administrés. « Je mesure à sa juste valeur la mission qui est la mienne dans le contexte actuel du Mali où la soif de justice et d’équité est très forte », a-t-il déclaré. Il amis un accent particulier sur les termes « médiation » et « République ».

Dans un Mali post-crise où les frustrations sont nombreuses, les récriminations contre l’arbitraire persistantes, des victimes d’affrontements au sein de l’armée en nombre important, les besoins en justice transitionnelle de plus en plus pressants, il est évident que le doyen Baba Hakib Haïdara ne va point chômer. Cet ancien ministre de l’Education ne se méprend pas sur la tâche qui l’attend. Il compte rapidement renforcer son équipe de collaborateur pour assumer les responsabilités que lui impose son serment dans le contexte du changement.

C’est devant un parterre de personnalités parmi lesquelles les chefs des institutions de la République, les membres du gouvernement et du corps diplomatique que le nouveau Médiateur de la République a prêté serment devant le chef de l’Etat au palais de Koulouba.

Après avoir campé le décor de la cérémonie modeste mais hautement significative, le modérateur, Diarra Diakité a rappelé brièvement les missions du Médiateur de la République. Il a été institué par la loi 97-022 du 14 mars 1997 qui lui donne un mandat unique de 7 ans. Celui qui succède à l’ancien Premier ministre Diango Cissoko à la médiature de la République, Baba Akhib Haïdara a été nommé le 3 octobre dernier par le président, Ibrahim Boubacar Keïta, par le décret n° 2013-781/PRM du 3 octobre.

Le Médiateur reçoit dans les conditions fixées par la loi, les réclamations concernant le fonctionnement des administrations de l’Etat, des collectivités territoriales, des établissements publics et de tout organisme investi d’une mission de service public dans leur relation avec les administrés. Le Médiateur ne peut être démis de ses fonctions qu’en cas d’empêchement ou de faute lourde constatée par la Cour suprême pendant la durée de son mandat. Il ne peut être poursuivi, arrêté et jugé pour des opinions émises ou des actes accomplis dans l’exercice de ses fonctions.

Toujours selon la loi, le Médiateur de la République est tenu par le secret professionnel pendant et après l’exercice de ses fonctions. Il est libre dans le choix de ses collaborateurs, détermine leur nombre et leur profil et organise son administration.

Baba Akhib Haïdara, fut ministre de l’Éducation nationale en 1992. Scientifique de grande réputation, il est l’auteur de plusieurs publications. Il a enseigné et fut directeur de l’École nationale des ingénieurs (ENI). Grand commis de l’État et homme politique, le doyen bénéficie d’une grande écoute au plan national et international.

Il a occupé aussi les fonctions de délégué général au Nord auprès du chef de l’Etat en 1991, directeur général des enseignements supérieurs et de la recherche scientifique, directeur de l’enseignement technique et professionnel. Il est le 5ème médiateur de la République depuis la création de l’Institution.

BDS

29 Octobre 2013