Partager

La communauté internationale exhortait les deux Soudans à ne pas se laisser entraîner dans un nouveau conflit, tandis que Khartoum a envoyé mercredi un ministre dans la zone pétrolière de Heglig, pour démontrer l’avoir reprise militairement au Soudan du Sud. Juba avait annoncé lundi avoir conquis Heglig, et Khartoum avait assuré le lendemain l’avoir repris, dans une inquiétante escalade militaire entre les deux voisins, qu’une guerre civile a opposés pendant plus de vingt ans avant des accords de paix en 2005 et la proclamation d’indépendance du Soudan du Sud en juillet dernier. La communauté internationale multipliait de son côté les pressions pour arrêter l’escalade. L’UA a appelé mercredi Khartoum et Juba à « retirer leurs forces à 10 km de la frontière » de chaque côté, exhortant également chaque pays à « cesser de soutenir les forces rebelles opérant sur le territoire de l’autre pays ». Les 15 membres du Conseil de sécurité des Nations unies se sont déclaré « très inquiets des affrontements militaires (…) qui menacent d’entraîner une reprise du conflit entre les 2 pays et aggravent la situation humanitaire ». AFP.