Partager

Après Libreville et Paris, Bamako, la capitale malienne, abrite depuis hier jeudi 18 et jusqu’au mardi 23 décembre, les festivités marquant les 50 ans d’existence du mensuel panafricain, Africa International, basé dans la capitale française. Le Mali est un modèle de bonne gouvernance et de démocratie, aux dires des responsables d’Africa International, un journal à l’écoute de l’Afrique depuis un demi siècle.

Le chef de l’Etat malien, Amadou Toumani Touré, a bien voulu accepter d’être le parrain de ces manifestations en terre malienne. C’est tout à l’honneur de Africa International et de sa présidente, Marie Roger Biloa, ainsi qu’aux nombreux invités venus du monde entier célébrer les 50 ans du magazine au Mali.

Les cérémonies ont commencé, hier, par un spectacle de chorégraphie écrit par l’ancien ministre de la Culture et altermondialiste connue, Aminata Dramane Traoré, lauréate du prix Africa International, mis en scène par Souleymane Koly.

La journée de ce vendredi sera marquée par un défilé de mode au Santoro suivi d’un buffet.

Le samedi 21 décembre sera consacré au tourisme, une série d’expositions au musée national et à l’artisanat.

Autre temps fort, c’est la réception du dimanche 22 décembre que le chef de l’Etat, Amadou Toumani Touré, offrira à ses hôtes à Koulouba.

A partir du lundi 22, les invités d’Africa International iront à la découverte du Mali profond. Ils visiteront les curiosités de Ségou, Djenné, Tombouctou et Gao.

L’occasion pour Christine de Grancy, une photographe autrichienne, de renommée mondiale, de réaliser des documentaires sur le tourisme malien en vue d’une exposition à travers le monde.

Pour la présidente d’Africa International, Marie Roger Biloa, c’est le Mali et le Gabon qui ont été choisis sur le continent pour abriter les festivités du cinquantenaire du magazine.

«Le choix de la ville des trois caïmans s’est imposé par la richesse et la diversité de la culture de ce pays et par la qualité mondialement reconnue de ses artistes et hommes de culture dont on peut citer Salif Kéïta, Rokia Traoré, Oumou Sangaré, Yambo Ouologuem, Amadou Hampâté Bâ» a-t-il souligné.

Pour notre compatriote, directeur pour Afrique de l’Ouest à Africa International, Djaroukou Sangho, le fait que le président ATT a accepté de parrainer l’évènement illustre sa grande ouverture d’esprit, son panafricanisme et grande sa courtoisie.

L’occasion était bonne pour lui, au nom d’Africa International, de souhaiter plein succès à la Biennale de Kayes. «Ce grand rendez-vous de la culture malienne qui, du reste, est l’occasion pour notre journal dans son édition de ce mois de décembre 2008 de réaliser un numéro spécial sur le Mali, centré sur le bilan de la première année à la primature du Premier ministre, Modibo Sidibé».


Fatoumata Mah THIAM KONE

19 Décembre 2008