Partager


C’est le 21 septembre 2007 que la 1ère édition de la semaine “Presse et citoyenneté”, organisée par la Maison de la Presse, en collaboration avec la forum Média Actif, va fermer ses portes. Une semaine dont les débats ont regroupé tous les responsables des organisations professionnelles et des acteurs de la presse.

Cet événement spécial a été l’occasion, pour les aînés, de partager leurs expériences avec la nouvelle génération, à travers des communications sur les thèmes suivants : “L’histoire de la presse au Mali” animé par Madou Diarra, ex-journaliste sportif à l’Essor, “Le Rôle de la presse dans la consolidation de la citoyenneté, la démocratie, et la paix” par Baba Daga, conseiller technique en charge de la communication à la Primature,“La communication d’entreprise” évoqué par Thiona Mathieu Koné, chargé de communication à EDM-SA, “Femmes et médias” débattu par Ramata Dia, directrice de la radio“Guintan”, Mme Diaby Makoro Camara, directrice de Publication du journal “Kabaco” et Mme Maïga Fatim Maïga, journaliste à “ l’Essor” , “La communication en période de conflit et la politique de communication au sein de l’armée”, animé par M. Coulibaly Abdoulaye de la DIRPA.

Le thème “Le journaliste et les NTIC” bouclera cette semaine de conférence. Les conférenciers qui ont successivement édifié les participants sur les différents thèmes, répondant ainsi aux attentes des organisateurs.

Ainsi, le voeu émis pour une participation massive aux échanges en vue de l’éveil et du renforcement de la conscience citoyenne chez les hommes de médias est devenue une réalité.

Pour la circonstance, les conférencières Mme Diaby Macoro Camara, Ramata Dia et Fatim Maïga, parlant du rôle et de la place de la femme dans la presse, ont toutes trois convenu que la présence accrue des femmes dans les médias favorise le développement du pays. Aussi ont-elles évoqué leurs propres expériences en tant que femmes dans le domaine des médias.

Après avoir fait l’historique de la création de leur organes de presse – radio “Guintan”, journal “Kabaco” et magazine “Sira”-, elles ont parlé des contraintes rencontrées par les femmes dans leur métier de journalisme. Toutes choses qui entravent, selon elles, l’épanouissement des femmes dans les médias .Elles ont surtout prôné le soutien aux femmes dans les médias.

Quant à M. Coulibaly Abdoulaye, il a noté que la communication en période de conflit est une arme efficace pour la culture de la paix. A l’en croire, au sein d’une structure, la communication interne joue un rôle très important dans la résolution des problèmes internes.

Car selon lui, sans l’atteinte de ces objectifs, il n’y a pas de paix. Il a par ailleurs affirmé que communiquer, c’est mettre en commun et échanger.

Mariétou KONATE

21 septembre 2007.