Partager

En partance pour Zégoua la semaine dernière pour l’inauguration d’un complexe scolaire portant son nom, le navigateur interplanétaire, Cheick Modibo Diarra, a été sollicité tout au long de son parcours à se porter candidat pour les élections présidentielles à venir.

Un appel qui a été fait par des centaines de femmes et de jeunes de différentes localités du Mali : Ségou, Koutiala, Sikasso, Zégoua, Niéna et Bougouni. Ces derniers qui partagent en commun les effets de la pauvreté pensent trouver leur salut dans le changement de régime qui doit s’opérer au Mali en 2012, après la fin du second et dernier mandat du président ATT.

Et l’oiseau rare qui doit venir après, disent-ils, n’est autre que le Dr Cheick Modibo Diarra. Selon eux, c’est ce dernier qui a osé laisser tous les honneurs pour s’occuper de leur cas, les aider à sortir de la pauvreté.

Un des responsables du «Club de soutien aux actions de Cheick Modibo Diarra» a Ségou nous confia que c’est dans le souci de les aider que le Dr Cheick Modibo Diarra leur a ouvert une ligne de crédit à Ecobank. Pour avoir accès à cette ligne de crédit, les femmes et les jeunes doivent s’organiser en association légalement constituée par groupe de 31.

Fort du récépissé et des noms et photos des deux responsables plus un montant rassemblé suite à des cotisations des membres, l’association ouvre un compte à Ecobank. Cette banque, sur la base de l’argent versé dans le compte, fait un prêt du même montant à ladite association sans garantie bancaire.

Le seul garant de l’opération est le Dr Cheick Modibo Diarra qui a été PDG de cette banque pendant 4 ans. C’est ce système de micro-crédit avec un taux d’intérêt réduit de 9 % qui fait le bonheur des femmes et des jeunes dans presque toutes les localités du Mali. Et ce sont les membres de ces «Clubs de soutien aux actions de Cheick Modibo Diarra» qui sont en train de se transformer en structures de conquête du pouvoir pour le navigateur interplanétaire.

Ce qui explique la naissance d’un véritable phénomène Cheick Modibo Diarra au Mali. A Koutiala et à Sikasso, la dynamique enclenchée est en train de tout balayer sur son chemin. En effet, ces clubs enregistrent de plus en plus l’adhésion massive des militants, des responsables et élus locaux des partis politiques.

A Sikasso où il y a le plus grand électorat du Mali et où le candidat ATT n’a pas pu mobiliser du monde, lors du lancement de sa campagne en 2002, le Dr Cheick Modibo Diarra a réalisé la prouesse de remplir le stade municipal à un jour de foire, le dimanche.

C’est dire qu’il a réussi là où le président ATT a échoué en 2002. N’est-ce pas là un signe qui ne trompe pas dans la perspective de 2012 ? Ce qui est sûr, le navigateur interplanétaire qui attendait un appel du peuple pour se présenter est désormais bien servi.

Cet appel citoyen vient aujourd’hui de la part des femmes et des jeunes de Ségou, Sikasso. Ceux des autres régions du Mali s’apprêteraient aussi à s’inscrire dans la même dynamique.

C’est dire donc qu’à deux ans encore des élections présidentielles de 2012, le profil des futurs candidats présidentiables commence à se dessiner petit à petit.

……………..

Zégoua : Le Dr Cheick Modibo Diarra fait renaître la cité fantôme du Folona

La ville de Zégoua située à quelques kilomètres seulement de la frontière ivoirienne a refusé du monde lors de l’inauguration du complexe scolaire Cheick Modibo Diarra. Toutes les populations des villages environnants, les ressortissants ivoiriens et burkinabés et près de 3000 chasseurs se sont mobilisées pour réserver un accueil chaleureux au parrain de ce complexe scolaire et à sa forte délégation.

Le navigateur interplanétaire qui foulait pour la première fois la terre de la cité du Folona était accompagnée du Dr Mamadou Fanta Simaga, président d’honneur des clubs de soutien aux actions de Cheick Modibo Diarra, de son ami d’enfance et compagnon fidèle de toujours Mamadou Diarra dit Guèye Diarra, de Oumar Abdoulaye Sidibé, président national des associations et club de soutien aux actions du Dr Cheick Modibo Diarra, du président national adjoint et non moins promoteur du Complexe scolaire CMD, Moriba Dialla ainsi que de Sidiki Sarr, secrétaire administratif.

On notait entre autres la présence remarquée de plusieurs responsables des associations et ONG féminines venus de Bamako sans compter les responsables locaux de la coordination régionale de Sikasso conduite par Mamadou Sy et de celui de Mopti conduite par Badié Kouma.

La venue de Cheick Modibo Diarra dans cette localité du Mali a été interpretée comme un signe du destin. A en croire certaines populations, la présence du navigateur interplanétaire va contribuer à briser le signe indien et surtout relancer l’économie locale à terre depuis la crise ivoirienne de 2002.

L’artisan de ce déclic et de cette joyeuse architecture est l’œuvre d’un malien, Moriba Dialla. C’est ce dernier qui a décidé d’investir dans son pays afin d’apporter sa pierre pour la construction de l’édifice national.

Son mérite est d’avoir investi dans un milieu rural où les populations sont contraintes d’envoyer leurs enfants dans les grandes villes et où les problèmes d’hébergement et de transport se posent avec acuité.
Carte d’identité du Complexe scolaire CMD

Ce Complexe scolaire dont le promoteur est Moriba Dialla est bâti sur une superficie de plus de 6 hectares. Il est composé de deux blocs administratifs, cinq blocs de classe dont 8 en chantier constitué chacun de 4 salles, un forage et un bus pour le transport des élèves. Le personnel est composé de 25 agents dont 10 permanents et 15 contractuels.

Le promoteur de l’école, Moriba Dialla, tiendra à rassurer que «les produits qui sortiront de cette école seront excellents et compétitifs». Le défi à relever est selon lui «le défi d’avoir choisi le nom de cet éminent scientifique qui à travers son itinéraire fait la fierté de l’Afrique». Moriba Dialla dira que de l’homme, il retient deux choses essentielles.

La première, selon lui, est qu’il est un modèle

Un modèle pour tous les Africains particulièrement les Maliens. A travers lui, expliqua Moriba Dialla, nous avons compris que seul le travail brise les frontières et démystifie tous les préjugés que nous avons de l’occident en général.

La deuxième est le retour au bercail

Moriba Dialla dira que malgré son prestige et les différentes sollicitations étrangères, Dr Cheick Modibo Diarra n’a jamais voulu abandonner ses siens.

Ce Complexe, fera savoir le commandant Moriba Dialla, est un établissement sous-régional compte tenu de sa situation géographique qui ouvre la voie à l’intégration et aux brassages de nos populations burkinabés, ivoiriennes et maliennes.

Au navigateur interplanétaire, le promoteur lui dira que ce complexe reste en chantier. Pour être performant, excellent et compétitif, lui fera-t-il savoir «nous avons besoin d’appui matériel et logistique, un partenariat fécond avec d’autres institutions étrangères et enfin d’échanger et de partager nos connaissances». Tout au long de la journée du lundi et très tard dans la soirée, la cité du Folona a vibré au rythme du Dr Cheick Modibo Diarra.

Envoyé spécial

Birama Fall

25 Mars 2010.