Partager

La seule alternative qui s’offre à ces derniers en cette période électorale au Mali c’est soit de soutenir ATT ou tout simplement d’accepter l’immixtion des démons de la division dans leurs rangs. Cette solution radicaliste est aujourd’hui proposée par certains laudateurs zélés du pouvoir qui ne laissent d’ailleurs aucun autre choix aux acteurs de la société civile.

Après les pressions exercées sur le secteur privé malien, les Associations de femmes et de jeunes, c’est l’associations des anciens de l’AEEM qui se trouve aujourd’hui dans leur ligne de mire.

Les hommes de main du Président sortant, Amadou Toumani Touré, à travers un certain Dramane Dembélé, membre du parti de l’Abeille (Adéma-Pasj) et non moins Directeur national de la géologie et des Mines veulent profiter de la célébration de l’Anniversaire du 26 mars 1991 pour pousser les anciens de l’AEEM à faire une déclaration de soutien en faveur du candidat ATT au cours d’un grand meeting dont le lieu n’a pas encore été désigné.

Cette proposition qui aurait été faite par ce haut cadre de l’Administration centrale n’a d’autre but que de manipuler et d’embarquer les anciens de l’AEEM qui, il faut le rappeler, font partie des acteurs qui ont renversé le régime dictatorial du général Moussa Traoré en mars 1991.

C’est de cette légitimité historique de l’AEEM qu’a besoin le camp présidentiel aujourd’hui pour montrer à tous les maliens et à la face du monde que dans la bataille électorale à venir, le Président Amadou Toumani Touré est soutenu par tous les leaders historiques de la révolution du 26 mars.

Mais au-delà de cette réalité qui saute à l’oeil, se cache en outre une intention à peine voilée de Dramane Dembélé : se maintenir à son poste de Directeur national de la Géologie et des Mines et pourquoi pas de prétendre à un poste ministériel.

Est-ce pour cette raison que le bureau des anciens de l’AEEM dirigé par Alkeïdy Amar Touré avec comme secrétaire général, notre confrère du journal « Nouvelle Tribune« , Ibrahima Coulibaly-IC n’a pas voulu entraîner de force tous ses membres dans cette aventure politique ?

Ce qui est sûr, des voix se sont élevées dans les rangs des anciens membres de l’AEEM pour dénoncer cette politisation de leur association qui, selon les statuts et le règlement intérieur, est une association apolitique donc de la société civile.

C’est d’ailleurs pour cette raison qu’on trouve toutes les sensibilités politiques parmi les anciens de l’AEEM.
Derrière chaque membre de cette association, se cache en effet le militant d’un parti politique.

S’ils sont libres d’adhérer au parti politique de leur choix ou de soutenir un candidat quelconque lors d’une élection, il leur est formellement interdit de transformer l’association des anciens de l’AEEM en une officine pour parti politique ou candidat.

C’est cette violation des textes qui est aujourd’hui dénoncée par beaucoup de membres. Mais Dramane Dembélé persiste et signe : le 26 mars prochain, il fera une déclaration de soutien à la candidature de ATT au nom des anciens de l’AEEM.

Une déclaration qui est très attendue au niveau de Koulouba où on ne cesse de planifier et financer ces genres de manifestation.


Birama Fall

19 mars 07