Partager

Le FDR détient la preuve formelle, constats d’huissiers à l’appui, de la circulation sur le territoire, avant la période du scrutin, de bulletins de vote parallèles. Certains de ces bulletins portaient l’empreinte digitale devant la case du candidat ATT. Ces bulletins de vote ont été utilisés pour acheter les voix en vue d’un vote massif pour le candidat ATT.

Dans tous les pays du monde, lors de toute élection digne de ce nom, les bulletins de vote ne sont mis à la disposition des électeurs qu’à l’ouverture des bureaux, le jour du scrutin. Jamais dans l’histoire politique du Mali, de la période coloniale à nos jours, des bulletins de vote n’ont été mis en circulation avant la période du scrutin.
Le modèle de bulletin unique utilisé pour ce scrutin ne porte ni numéro, ni filigrane pour le sécuriser et favoriser sa « traçabilité », donc la transparence du vote.

En outre, contre toute éthique, les bulletins de vote ont été commandés chez un groupement d’imprimeurs proches du candidat ATT, parmi lesquels un homme d’affaires qui a constitué un comité de soutien pour ce dernier.
Des milliers de cartes d’électeurs étaient en la possession d’individus qui votaient et revotaient en toute impunité.

Des centaines de procurations ont été établies par des consuls généraux et des consuls honoraires, des préfets et des gouverneurs en faveur d’électeurs favorables au candidat ATT.

Les présidents et assesseurs de bureaux de vote ont été choisis parmi les membres du Mouvement Citoyen et au sein des partis proches du candidat ATT.

Des pressions ont été exercées par des préfets et des consuls sur des électeurs, au Mali comme à l’Extérieur.

A l’Extérieur, à Lomé, à Brazzaville, à Kinshasa, à Paris, à Dakar, à Abidjan, les ambassadeurs, les consuls généraux et les consuls honoraires ont multiplié les entraves à la liberté de vote des citoyens. Les listes électorales y ont été manipulées, et des résultats ont disparu.

Des militants du FDR, tel le Secrétaire général du PARENA à Mourdia (Nara), ont été détenus toute la durée du scrutin par les Forces de sécurité.

De hauts fonctionnaires, des directeurs de service financiers de l’Etat ont été dépêchés dans leur village et commune d’origine pour orienter le vote des citoyens.

A cela il faut ajouter le parti pris flagrant des préfets et des gouverneurs et l’activisme d’officiers supérieurs qui ont agi afin que les militaires et leurs familles votent massivement pour le candidat ATT.

L’élection présidentielle du 29 avril a été tout sauf libre, sincère et transparente.

En conséquence le FDR ne saurait reconnaître les résultats issus d’une telle mascarade.

Bamako le 30 Avril 2007

P/ Le Front pour la Démocratie et la République
– Ibrahim Boubacar KEITA, Président
– Tiébilé DRAME, 1er Vice Président
– Soumeylou Boubèye MAIGA, 2eme Vice Président
– Mamadou SANGARE dit Blaise, 3ème Vice Président

mel 2 Mai 2007