Partager

4.jpgDes premiers résultats partiels portant sur moins de 20% des inscrits ont donné lundi le président sortant largement en tête du premier tour avec 61,3% des suffrages contre 29,8% au président de l’Assemblée nationale Ibrahim Boubacar Kéita.

« La courbe est très claire en faveur de notre candidat qui est très largement en tête des premiers résultats que nous communiquent nos représentants présents au dépouillement à l’intérieur comme à l’extérieur du Mali », a indiqué à l’AFP le porte-parole du président, Hassan Barry.

« Amadou Toumani Touré, au vu de ces résultats, sera élu dès le premier tour de la présidentielle avec un score écrasant », a-t-il ajouté.

« J’invite l’opposition au fair-play et qu’elle reconnaisse sa défaite », a poursuivi le porte-parole, sans cependant vouloir fournir de chiffres plus complets.

Dans le même temps, les partisans du principal dirigeant de l’opposition ont dénoncé un scrutin biaisé par des tricheries.

« Les opérations de vote se sont caractérisées par des fraudes massives, de l’intimidation et du chantage par un dispositif électoral et une administration instrumentalisée aux ordres du candidat Amadou Toumani Touré », a affirmé dans un communiqué Macky Diallo, le directeur de campagne de M. Kéita.

« En aucun cas, la manipulation entamée par les services de l’administration ne passera », a poursuivi M. Diallo.

Ces affirmations portent un sérieux coup au consensus démocratique mis en place ces dernières années par le président dans ce pays très pauvre régulièrement salué pour ces progrès en matière de démocratie depuis 15 ans.

Le président Touré, ancien général putschiste qui a spontanément cédé le pouvoir aux civils en 1992 après avoir participé au renversement du dictateur Moussa Traoré (1968-1991), avait réussi à mettre en place un système de gouvernement d’union depuis son élection en 2002.

En fin d’après-midi, le ministère de l’Administration du territoire, chargé du décompte des voix, a placé le président sortant largement en tête avec 61,3% des voix contre 29,8% à M. Kéita, d’après des résultats portant sur plus de 1,2 million d’inscrits, soit 18,2% de l’électorat.

Les six autres candidats se partagent le reste des voix, selon ces données portant sur 64 communes sur 703, dont celles de Bamako.

M. Touré l’emporte dans la capitale avec 54,2% des voix contre 38,8% à M. Kéita, a précisé à la presse Boubacar Sow, directeur national de l’administration du territoire.

De son côté, l’ancien Premier ministre du Togo Koffi Sama, chef de la mission d’observation de la Communauté économique des Etats d’Afrique de l’ouest (Cédéao, 15 Etats) a assuré lundi que le premier tour avait été « libre, juste et crédible (…) en dépit de quelques insuffisances notées ça et là ».

Parmi ces insuffisances relevées par la mission, qui a déployé 60 observateurs sur le terrain, M. Sama a fait état de « cas isolés de votes multiples et de détentions frauduleuses de cartes d’électeur, notamment à Gao (nord) et à Sokarodji (district de Bamako) ».

Il a également noté des urnes insuffisamment sécurisées dans certains bureaux et des délégués de candidats pas suffisamment vigilants.

Le chef de la mission a en fin noté « la présence de mineurs parmi les agents électoraux et l’insuffisance de formation des délégués des candidats » qui ont, selon lui, « quelque peu affecté l’efficacité et la qualité du processus de vote ».

Les résultats complets sont attendus mercredi ou jeudi. Les éventuels recours doivent être déposés dans les 48 heures suivant la publication de ces chiffres auprès de la Cour constitutionnelle, qui devra statuer sur ces recours dans les 48 heures.

30 avril 07 BAMAKO (AFP) – lundi 30 avril 2007 – 21h54