Partager

Notre crainte, c’est le retour des militaires au pouvoir. Sékouba Konaté est fatigué, il faut qu’il se retire. ‘’ Ces déclarations ont été faites, hier, à la Maison de la presse, par l’homme politique guinéen Ibrahim Abé Sylla, président de la Nouvelle génération pour la République (Ngr), au cours d’une conférence de presse. Il a, aussi, déclaré que la Guinée Conakry avait besoin de réconciliation.

jpg_ibrahima-abbe.jpgLe président de la Ngr a indiqué : ‘’ si vous tuez quelqu’un, il faut d’abord demander pardon. ‘’ Il a soutenu que s’il gagnait l’élection présidentielle de la Guinée, son parti allait organiser une conférence nationale de réconciliation.

Mohamed Joe Sidibé, 1er vice président et secrétaire général de la Ngr avait, auparavant présenté Ibrahim Abé Sylla, né en Kindia et qui vivait aux Etats-Unis. Il a été professeur en Côte d’Ivoire et aux Etats-Unis où il a obtenu son diplôme d’ingénieur en électricité et occupé d’éminents postes dans l’administration.

Il a fondé sa compagnie de télécommunication : Ais, en Amérique et créé son parti le 19 mars 2009. Mohamed Joe Sidibé a aussi soutenu qu’Ibrahim Abé Sylla a posé des actes concrets en Guinée, entre autres, des hôpitaux, écoles et forages offerts à l’État.

Il a fait état de sa non implication dans les affaires de corruption. Le président de la Ngr a affirmé qu’il est arrivé à Bamako, mercredi dernier, pour rencontrer les Guinéens, leur expliquer son programme socio-économique et les encourager à voter massivement pour leur parti. La vision du parti, a-t-il dit, est de mener la Guinée à la première place dans les 7 ans à venir.

Le premier volet de son programme traite du socle de la gouvernance constitué de la justice, la sécurité, la mauvaise gouvernance. Concernant ce dernier point, il a fait état du pillage de l’économie.

Parlant de la sécurité, il a attiré l’attention sur les mauvaises pratiques de l’armée et la nécessité de sa restructuration. Concernant le deuxième volet, le président du parti a cité cinq points : l’éducation, la santé, l’habitat pour tous, les infrastructures et les télécommunications.

Cela demande beaucoup d’argent et la Ngr compte investir 25 milliards de dollars, au cours des 7 prochaines années, si toutefois, elle arrivait au pouvoir. Pour obtenir ces moyens, a dit Ibrahim Abé Sylla, ils ont réfléchi sur les ‘’ 4 roues motrices ‘’.

De ce fait, il a fait observer que la Guinée regorge de potentialités : l’énergie, les mines, l’agriculture, le tourisme. Il a fait remarquer que la Guinée a aussi d’importantes ressources humaines.

Pour le président de la Ngr, l’impact économique de son programme est énorme, car il est capable de faire travailler des jeunes des pays de la sous région, tels que le Sénégal, la Gambie, le Mali.

Au niveau économique international, Ibrahim Abé Sylla a souligné que son parti entend surtout travailler avec l’Europe et notamment la France. Il entend entretenir de bonnes relations avec la sous région et compte sur la Cedeao pour définir le rôle de l’armée guinéenne.

Baba Dembélé

Le Républicain du 30 Avril 2010.

…………..

Ibrahim AB Sylla et la présidentielle en Guinée : « 80% du banditisme sur le sol guinéen sont attribués à l’Armée ! »

Rédynamiser le socle de la gouvernance ; reformer la Justice, tout en garantissant au peuple sa distribution saine ; lutter contre la corruption et le chômage; instaurer la paix et la sécurité dans le pays. Voilà d’un trait, les quatre grandes lignes du projet de société du candidat du parti de la Nouvelle Génération pour la République (NGR), Ibrahim AB Sylla, en vue de l’élection présidentielle de la Guinée Conakry. C’était, hier jeudi, à la faveur d’une conférence de presse qu’il a animé à la Maison de la Presse.

Cette visite du candidat à la présidentielle Guinéenne, M. Ibrahim AB Sylla au Mali, s’inscrit dans le cadre d’une prise de contact avec le peuple Guinéen, résident dans notre pays.

Né à Kandia sur le territoire guinéen, le candidat Ibrahim AB Sylla, voit grand. Et même très grand pour son pays, qui longtemps est abonné, entre autres, à l’insécurité, à la corruption et à la misère.

En effet, l’homme envisage de restructurer l’armée guinéenne. Car, indique-t-il : « 80% du banditisme sur le sol guinéen sont attribués à cette armée ».

Aussi, il promet de mettre un bémol au pillage du dénier public, qui depuis des ans est d’un naturel insoupçonné. Et cela en rehaussant les salaires. Mieux, le droit à l’éducation, la santé et l’habitat pour tout le peuple guinéen ne sera plus un vain mot. S’y ajoute le perfectionnement des télécommunications dans le pays. De même, l’eau et l’électricité ne seront plus un luxe sur le sol guinéen, mais une nécessité.

Pour toutes ces raisons les populations de 33 préfectures en Guinée on placé leur confiance en M. Ibrahim AB Sylla, président de la Nouvelle Génération pour la République et non moins candidat à la présidentielle guinéenne. Au même moment 168.000 responsables au niveau du bureau des sections rallient le bord du RNG. Car, selon eux, le seul nom pour guérir la Guinée de ces maux n’est d’autre que celui de Ibrahim AB Sylla.

Âgé de 58 printemps, le candidat Ibrahim AB Sylla est un Ingénieur en électricité. Il fut professeur à l’Université d’Abidjan. Avant de débarquer sur le sol américain, où il réside, actuellement. Là, il a occupé beaucoup de postes de responsabilité.

Au niveau des actes de solidarité et de bienfaisance, le candidat de la NGR a beaucoup d’atouts qui militent en la faveur de sa candidature. Entre autres, la construction de centres scolaires et hospitaliers et la réalisation de forages dans toute la Guinée. Ou presque.

Pour le candidat de la NGR, M. Ibrahim AB Sylla, la concrétisation de son programme de société demeure un travail de titan. « Pour un début, les fonds pour cette grande reforme seront tirés des ressources de la Guinée », martèle t-il. Avant d’ajouter : « Au niveau de l’échange, la Guinée gardera sa monnaie, jusqu’à l’intégration de la monnaie commune au sein de l’espace CEDEAO ».

Il conclue : « Je bénéficie de beaucoup de soutiens et je suis prêt à travailler avec toutes les personnes partageant les idéaux du NGR ». Ce qui selon lui, permettra à son bord d’entamer l’élection avec sérénité.

Jean pierre James

Le Quotidien de Bamako du 30 Avril 2010.