Partager

Le président du parti pour la renaissance nationale Tiébilé Dramé a accompli le vendredi dernier les formalités de dépôt de sa candidature à la Cour Constitutionnelle. L’émissaire du président de la république pour le nord du Mali, un des véritables artisans de l’accord préliminaire de Ouagadougou sollicite le suffrage de ses concitoyens pour l’élection présidentielle du 28 juillet 2013. Les cadres du parti du bélier blanc ont indiqué au cours d’un point de presse animé samedi au siège du parti que Tiébilé Dramé est l’homme qu’il faut pour garantir la paix et amorcer un nouvel essor pour le Mali.

Pour réussir son pari Tiébilé Dramé doit d’abord compter sur le soutien des militants du Parena et de l’alliance populaire pour la renaissance nationale du Mali, une coalition d’organisations ou associations politiques créée pour porter l’ancien ministre de la transition au pouvoir. Cette coalition issue de divers horizons dit croire en l’homme en ses capacités à mener le pays vers un développement économique et social harmonieux.

Pour les responsables du parti, plusieurs facteurs militent en faveur de Tiébilé Dramé qui a arraché in extremis le 18 juin un accord à Ouagadougou autorisant le déploiement de l’armée malienne et de l’administration à Kidal. Cette mission au service du pays a été saluée par le parti et Tiébilé Dramé célébré par ses amis pour avoir honoré le Mali et défendu ses intérêts de la plus belle des manières.

La crise du nord du Mali à travers l’occupation de plus de la moitié du pays par des groupes terroristes et de narcotrafiquants, les crises identitaires, sont autant de problèmes qui ont de tout temps été dénoncés par le parti du bélier blanc. Que de conférences organisées par le Parena sur la question sécuritaire dans la bande sahélo-saharienne ?

La priorité pour le nouveau président de la république sera sans nul doute la gestion de la crise du nord. A ce sujet, le Parena ne se fait point d’illusion : « le nouveau président doit être un homme d’envergure nationale et internationale, un homme capable de garantir la cohésion sociale et la stabilité. Tiébilé Dramé a ses qualités et correspond à ce profil, qui mieux que lui pour mener le pays sur le chemin de la prospérité et de la restauration de son lustre d’antan » déclare- t-on au Parena. Le parti qui dit avoir tiré des enseignements de ses précédents échecs s’est dit convaincu de pouvoir faire un meilleur score pour la présidentielle du 28 juillet.

Réagissant aux préoccupations des journalistes, le Secrétaire général du Parena, Djiguiba Kéïta a dénoncé l’instrumentalisation des religieux à l’élection présidentielle du 28 juillet. S’agissant du statut juridique de Kidal, le parti a écarté toute idée du fédéralisme lui préférant un renforcement de la démocratie à travers la décentralisation. Pour ce qui est de la distribution des cartes d’électeurs, le Parena a suggéré aux autorités de résoudre ces difficultés pour permettre le respect de la présidentielle.

Les honorables Hamidou Diabaté et Ibrahim Béridogo assistaient Djiguiba Kéïta au cours de la conférence de presse.

Abdoulaye DIARRA

02 Juillet 2013