Partager

Pour l’élection présidentielle du 29 juillet au Mali, la Mission d’observation électorale de l’Union européenne disposera de plus de 80 observateurs sur le terrain, issus de 24 Etats-membres ainsi que de la Norvège, de la Suisse et du Canada. Le dispositif sera comparable en cas de second tour.

L’information a été donnée par le chef des observateurs de la Mission électorale de l’Union européenne, Cécile Kyenge, au cours d’une conférence de presse qu’elle a animée le mercredi 11 juillet à l’hôtel Sheraton.

La Mission d’observation électorale de l’Union européenne est présente au Mali à l’invitation du gouvernement pour observer l’élection présidentielle du 29 juillet, avec un éventuel 2ème tour fixé le 12 août. C’est la 3ème fois que l’Union européenne mandate une mission d’observation au Mali, après les deux misions de 2013 pour le suivi des élections présidentielle et législatives.

Arrivée le 19 juin dans le pays, la Mission dispose à Bamako d’une équipe cadre de 9 analystes dans les domaines électoral, politique, légal, droits de l’homme et d’une équipe logistique et sécurité.

Selon le chef des observateurs, Cécile Kyenge, la mission est composée de 20 observateurs dits de longue durée qui assurent le suivi de la phase pré-électorale et de la campagne électorale, de la distribution des cartes d’électeur, des préparatifs et du déroulement du scrutin ainsi que de la compilation des résultats.

Ces observateurs, dit-elle, rencontrent dans leurs zones d’observation les différents acteurs de l’élection présidentielle, candidats ou équipes de candidats, partis politiques, coalitions, administration électorale, membres des bureaux de vote, société civile et médias. Cécile Kyenge a souligné que les observateurs seront renforcés une semaine avant le vote par 30 autres observateurs dits de courte durée ainsi que par une vingtaine de diplomates de l’Union européenne en poste à Bamako.

Aux dires du chef des observateurs, la Mission d’observation électorale de l’Union européenne disposera de plus de 80 observateurs sur le terrain, issus de 24 Etats-membres ainsi que de la Norvège, de la Suisse et du Canada. Le dispositif sera, selon elle, comparable en cas de second tour.

En outre, la conférencière a expliqué que les observateurs sont principalement déployés dans le Sud et l’Ouest du pays ainsi qu’à Bamako et couvrent également en partie le centre et le nord en fonction des conditions de sécurité. Elle a aussi indiqué que deux jours après le scrutin, la mission présentera publiquement ses observations et conclusions sur le processus et sera présente au Mali jusqu’à la proclamation des résultats définitifs.

Par ailleurs, le chef de la Mission d’observation, Cécile Kyenge, a rappelé qu’elle s’est entretenue avec 17 des 24 candidats dont le président de la République, IBK, et le chef de file de l’opposition, Soumaïla Cissé.

La Mission d’observation électorale de l’Union européenne a pour mandat d’effecteur une évaluation approfondie, impartiale et à long terme du processus électoral au regard des normes internationales pour des élections démocratiques. Les observateurs évalueront le processus électoral conformément au cadre juridique malien et aux obligations régionales et internationales du Mali.

Diango COULIBALY

Du 16 Juillet 2018