Partager

Depuis la déclaration de candidature d’El Hadj Ibrahim Boubacar Kéïta, les yeux étaient braqués sur ceux qui pouvaient être les deux poids lourds de l’élection de 2007. Il s’agit de Ibrahim Boubacar Kéïta du Rpm et Amadou Toumani Touré, Président sortant. Léguant tout de suite au second plan les autres candidats dont notamment Dr Oumar Mariko dont la peau n’était nullement vendue. Pourtant, celui qui pendant des années a défendu les couches laborieuses a eu sa récompense.

Il faut le dire, les Maliens ne sont pas des ingrats. Ils n’aiment pas la trahison, le double langage ni le jeu de la chauve-souris. Aujourd’hui, plusieurs acteurs viennent de faire les frais de leur incohérence avec des scores dont ils ont le seul mérite.

A quelques mois de la présidentielle, certains acteurs se sont sentis certainement dans une obligation stratégique d’aller à l’encontre du pouvoir du Président ATT. Une manière pour eux certainement de lui montrer, s’ils en ont, leur poids politique. Une façon de chantage afin qu’il puisse leur offrir le minimum pour la gestion consensuelle ou qu’il s’implique dans des dossiers juridiques contre les règles de gestion d’un Etat démocratique. Malheureusement pour eux, cette politique de l’autruche n’a pas marché et ils ont été réduits à leur dessein inavoué.

Contrairement à ceux-ci, Dr Oumar Mariko de Sadi s’est vu son score et son aura augmentés auprès du peuple. Car, au moment où les autres étaient là à jouer à la chauve-souris, malgré la présence du président de son parti au gouvernement, Mariko est resté égal à lui-même avec ses critiques, ses prises de position contre le pouvoir. Il a défendu corps et âme les travailleurs de la mine de Morila, les riziculteurs de l’Office du Niger entre autres.

Aujourd’hui, sauf pour ses détracteurs, il a récolté de la plus belle manière ce qu’il a semé. Ainsi, il s’est classé 4ème derrière les gros calibres ATT et IBK et l’autre leader estudiantin Tiébilé. Certainement très satisfait d’avoir damé son «ennemi» juré Soumeylou car il y a un antécédent fâcheux entre les deux hommes. Pour rappel, celui-ci Directeur de la Sécurité d’Etat voulait le mettre au gnouf. Il a échappé mais sa femme avait été enfermée dans une condition, l’on se rappelle, inhumaine.

En tout cas, les vraies raisons du bon score du Dr Oumar Mariko sont sans nul doute sa perspicacité, son engagement pour les couches défavorisées. En un mot, son pragmatisme. Félicitations Docteur !

B. DABO

07 mai 2007.