Partager

En effet, la Commune IV compte, au total 141 722 électeurs repartis entre 15 centres composés de 288 bureaux de vote. Contrairement aux élections législatives partielles du 26 mars 2006 en Commune V où l’affluence était morose, avec un faible taux de participation, l’affluence était de taille hier lors du 1er tour de l’élection présidentielle. En tout cas, c’est du moins ce qui ressort de constat en sillonnant certains centres de vote dans les Communes IV et III. Et le constat était presque le même dans tous les centres et bureaux de vote.

Tous les centres de vote avaient comme dénominateur commun : un dispositif important de force de sécurité, des délégués de la Cour constitutionnelle et des délégués de la CENI, des listes électorales affichées devant tous les bureaux de vote, des véhicules de transport qui assuraient le déplacement des électeurs… Par contre, les centres de vote se distinguaient par la grandeur dont dépend le nombre total des bureaux de vote et le nombre total des électeurs.

A cela s’ajoutent quelques petites anomalies,notamment le rétard accusé dans l’ouverture de certains bureaux de vote, l’absence de certains délégués et assesseurs. A Lafiabougou, il y avait trois centres : le Lycée Mamadou Sarr qui abritait le centre “école B”, le centre école “C” et le centre Aminata Diop. Au centre Lycée Mamadou Sarr, il y avait au total 49BV repartis entre 24.345 électeurs. A 8H00 mn, le président du centre, Ibrahima Sanou, comme l’exige la loi, a ordonné l’ouverture des bureaux de vote. Ce qui est différent du commencement du vote proprement dit.

Néanmoins, certains bureaux de vote ont accusé un léger rétard pour faute d’absence d’assesseurs et de délégués. “Je ne peux pas commencer le processus de vote, parce qu’il n’y a qu’un seul assesseur et trois délégués. Attendez d’abord que je fasse le remplacement des assesseurs absents… Est-ce que vous savez que je peux banalement aller en prison à cause du non respect des textes régissant les élections” s’est adressé le Président du Bureau de Vote n° 93, Djélimakan Soumano, aux électeurs qui avaient déjà formé une file d’attente devant le Bureau Vote.

Un son de cloche différent chez le Président du bureau de vote n° 92, Yaya Konaté qui dit “Je n’ai eu aucun problème qui puisse entraver le commencement du vote à l’heure indiqué.”Le premier votant de ce Bureau de Vote , Sékou Magassi, a affirmé “je suis fier d’accomplir mon devoir civique. Je crois en la victoire de mon candidat, et je souhaite que le vote se déroule dans le calme”.

A Sébénikoro, précisement au centre école A-B, côté marché, l’affluence était exceptionnelle. Pour cause : c’est dans ce centre que l’un des candidats potentiels, notamment Ibrahim Boubacar Kéïta, président du RPM, a voté. C’est aux environs de 9H30 mns qu’IBK, accompagné de son épouse et d’une fillette de 5 ans environs, a fait son entrée dans le centre. Après avoir accompli son devoir civique avec la carte d’électeur n° 04814301, dans le Bureau de Vote n° 245, IBK dit dira: “les bulletins de vote qui ont circulé, l’armée qui a été consignée dans les casernes avec des instructions bien précises, l’existence de dizaine de milliers de procurations, tous cela nous sommes au courant. Aujourd’hui, malgré toutes les malices et toutes les fraudes mises en oeuvre,… il faut reconnaître que le Mali est un pays souverain avec des hommes et des femmes fiers et dignes, débout depuis des temps immémoriaux. Ce n’est pas aujourd’hui qu’on doit les asservir… Si le besoin du peuple est libre, je pense que le changement auquel le Mali aspire profondément, se fera. En tout cas, je suis confiant quant à l’issue de ce 1er tour de l’élection présidentielle..”

De son côté, le Président ATT, candidat à sa propre succession, à sa sortie du Bureau de vote n° 167, centre de vote Ecole fondamentale Base Aérienne, où il a accompli son devoir civique, indiquera “je formule les voeux que les élections se passent bien, que le taux de vote soit à la hauteur de notre processus électoral, que les Maliens et les Maliennes fassent leur choix en toute liberté. Je suis très confiant, mais je ne sais pas s’il y aura un second tour, je ne suis pas magicien pour le savoir. C’est quand les résultats seront validés par la Cour Constitutionnelle qu’on saura qui a gagné, qui a perdu”.

A Djicoroni-Para, au centre école du fleuve où il y avait au total 31 bureaux de vote, l’affluence était de taille. Il n’ya eu aucun incident majeur, à part le fait qu’un superviseur du RPM, Abdoulaye Koné, se plaignait du Président du Bureau de Vote n°164 qui, selon lui, a fait voté un vieux qui n’avait ni pièce d’identité, ni temoin.

A 11 heures 30 mns, nous avons constaté au centre de vote second cycle Dravela l’unique centre en Commune III, une affluence qui n’était pas de taille comme les autres centres. Cependant, les bureaux de vote ont accusé un léger retard dans leur ouverture. Cela est dû, entre autres, à l’absence de certains assesseurs, et du coordinateur du centre qui a été remplacé par Djibril Sidibé.

Au moment, où on quittait les lieux, entre 8 heures et midi, aucun incident majeur n’avait été enrégistré.

Moussa TOURE

30 avril 2007