Partager

Pour l’observation de l’élection présidentielle du dimanche 28 juillet dernier, l’ONG chrétienne Caritas Mali avait déployé 153 observateurs sur l’ensemble territoire national. Elle a rendu public son rapport d’observation, hier mercredi, au cours d’une conférence de presse à la Maison des Aînés.

Cette conférence de presse était animée par le Secrétaire général de Caritas Mali, Théodore Togo, avec à ses côtés, le chef de la mission d’observation, Gaston Goro. Au cours de la rencontre, Caritas Mali a salué le bon déroulement des opérations de vote et formulé des recommandations à l’intention des acteurs de ce scrutin.

Les Observateurs de Caritas Mali avaient été répartis comme suit: 90 dans le District de Bamako, 6 dans chaque région et un Observateur dans chacune des régions du Nord.

A la clôture du scrutin, la mission d’observation électorale a fait les constats suivants: «hormis le démarrage légèrement tardif des opérations de vote, du fait du retard ou de l’absence, par moment, de certains membres de bureaux de vote et les difficultés matérielles, comme l’absence d’isoloirs dans certains bureaux, le vote s’est déroulé dans le calme, avec une forte mobilisation des électeurs dans l’ensemble des circonscriptions électorales visitées, sauf dans la région de Kidal.

Les observateurs déployés sur le terrain ont noté une présence effective des membres des bureaux de vote, des représentants de candidats, de la CENI, de la presse nationale et internationale ainsi que de nombreux observateurs nationaux, régionaux et internationaux. Les centres de vote ont été marqués par la présence des forces de sécurité (police, gendarmerie, garde nationale), des agents de la Protection civile et de la Croix Rouge».

La mission a aussi un certain nombre de difficultés relatives au vote. Il s’agit, entre autres, du désarroi de nombreux électeurs, qui n’arrivaient pas à retrouver leurs bureaux de vote, de l’impossibilité pour «les personnes déplacées» de voter le jour du scrutin, de la saturation des réseaux téléphoniques et au manque de dispositif d’orientation des électeurs, rendant ainsi difficile l’identification des bureaux de vote.

Elle a également formulé des recommandations à l’endroit du ministère de l’Administration Territoriale, de la Décentralisation et de l’Aménagement du Territoire. Elle demande à se département de veiller au respect scrupuleux de la neutralité et de l’égalité des candidats, tout au long des opérations de dépouillement et de réunir les conditions pour permettre à tous les électeurs d’exercer leur droit de vote, sans distinction de race, de sexe, de religion ou de conditions sociales, lors des consultations électorales à venir. La mission a aussi invité les candidats au calme et à user des moyens légaux pour contester les résultats.

Youssouf Diallo

01 Août 2013