Partager

C’est aujourd’hui que le tout puissant chef spirituel des Hamalistes, plus connu sous l’appellation du Chérif de Nioro, Mohamed Ould Hamallah alias Bouillé Haïadara donnera le nom de son candidat à l’élection présidentielle du 28 juillet 2013. La révélation a été faite le samedi dernier lors d’un meeting nocturne organisé dans la cour même dudit Chérif avec la participation du candidat Ibrahim Boubacar Keïta (IBK) qui était en campagne électorale dans les localités de Keniéba, Nioro, Diéma, Kayes, et Yélimané.

Cette sortie du Chérif de Nioro qui a parlé pendant plus de deux heures d’horloge en passant au crible l’histoire contemporaine de notre pays est une première en la matière. Le Chérif de Nioro n’a jamais en effet donné publiquement une consigne de vote malgré son statut de grand électeur avec ses quelques trois millions de Hamalistes qui lui sont entièrement dévoués. S’engager de la sorte en présence de son fils spirituel et non moins ami aujourd’hui engagé dans la course présidentielle, Ibrahim Boubacar Keïta est un signal fort et toute une symbolique qu’aucun observateur de la scène politique malienne ne peut se permettre d’ignorer.

Est-ce à cause de la grave crise sécuritaire et institutionnelle qui a failli emporter le Mali ou son estime sans limite pour la personne d’Ibrahim Boubacar Keïta qui explique cette descente dans l’arène politique? Toujours est-il que l’acte posé par le Chérif Bouillé Haïdara est bien réfléchi et calculé

D’abord, l’arrivée du candidat IBK dans la ville religieuse de Nioro coïncidant avec le retour de plus d’une centaine de missionnaires envoyés par le Chérif de Nioro dans le Mali profond pour plaider la cause du candidat IBK. A en croire un de ces missionnaires, le Chérif de Nioro a mis 28 véhicules 4/4 de marque V8 et de l’argent à leur disposition pour faire ce travail.

Toujours selon ce dernier, l’homme de Dieu a décidé de mettre la main à la poche pour faire élire IBK dès le 1er tour, c’est-à-dire au soir du 28 juillet. Un autre missionnaire, cette fois-ci de Kayes nous a confié que onze imams et des chefs de villages ont déjà décidé de respecter la consigne de vote du Chérif de Nioro.

Et pourtant, à entendre parler le Chérif, c’est par dépit qu’il a décidé de descendre dans l’arène politique. « Ce que je cherche, je le cherche pour les populations du Mali, pour le Mali. Je ne chercherai jamais le pouvoir. Aucun de mes Talibés ne le fera. Je suis entré en politique sans créer mon propre parti», explique-t-il. Avant de dire qu’il attendait de connaître tous les postulants à la présidentielle du 28 juillet pour faire son choix.

Qui d’entre ces candidats répondent à notre choix, s’interroge le Chérif de Nioro. A l’en croire, parmi tous ces candidats, il ne voit qu’un seul. Au vu du spectacle de l’aérodrome de Nioro où une foule déchainée et hystérique a accueilli le candidat IBK et tous les honneurs qui lui ont été servis, on peut affirmer sans risque de se tromper que le candidat du Chérif de Nioro n’est autre qu’IBK. Un choix largement partagé par les notabilités de Nioro. A savoir la famille d’ El Hadj Oumar Foutou Tall et celle de Kaba Diakité, Imam de la grande mosquée de Nioro.

Cette consigne du Chérif de Nioro en faveur du candidat IBK constitue un tournant majeur dans la présente campagne électorale. Elle risque d’entrainer les autres courants islamiques à soutenir IBK.

Autre contrée, autre ambiance

La ville minière de Kéniéba a eu le privilège d’accueillir la première, le candida IBK depuis son meeting historique du 7 juillet au stade du 26 mars. Le choix de cette ville comme première destination est toute une symbolique. C’est en effet la dernière ville qu’IBK a visité en 2012 trois jours avant le coup d’Etat du 22 mars 2012. C’est aussi dans cette ville que la dernière section du RPM a vu le jour. C’est enfin dans cette contrée riche en ressources minières où les populations vivent le martyre à cause de l’attitude des sociétés minières.

Le candidat du RPM est venu voir les populations de Djalafara, Domba, Faraba, Faléa, Kassama et Kéniéba ville pour leur dire qu’il ne permettra plus à aucune multinationale de venir exploiter leurs ressources sans laisser la part du Mali et surtout des populations. Il a entre autres promis de lutter contre la corruption; d’assurer la sécurité dans toutes les villes du Mali et de s’attaquer aux maux qui gangrènent l’école malienne.

En retour, les Malinkés, à travers leur Chef de village, Bambo Sissoko ont fait savoir à IBK qu’ils voteront sans réserve pour lui. « Si les poules, les coqs, les moutons, les ânes, les chevaux, tous les animaux pouvaient voter, j’allais leur demander de voter pour vous. Les Malinkés, tous les Malinkés, nous te donnons notre voix», a-t-il affirmé. Pour un conseiller du chef du village, le vieux Bambo Sissoko parle non pas pour l’or, pour l’argent mais pour son crédit personnel. Quant aux autorités religieuses, l’imam de Kéniéba, Boubacar Bah et le représentant de la communauté chrétienne, ils ont prié pour IBK.

A Kayes, IBK assure le service minimum

Le passage d’IBK dans la cité des rails restera à jamais gravé dans les annales politiques de cette ville. En effet, de mémoire de Kayesiens aucun homme politique n’a jamais mobilisé autant et n’est jamais parvenu à paralyser l’activité économique de la ville pendant des heures durant. Arrivé à 12h30 minutes à l’aéroport, international Dag-Dag de Kayes, le cortège de la délégation du candidat IBK a mis plus d’une heure de temps pour pouvoir traverser le pont de Kayes N’Di.

En outre, toutes les rues, toutes les ruelles de la ville Kayes ont été prises d’assaut rien que pour voir IBK. Ce qui poussa certains à dire que le phénomène IBK s’est emparé des populations de Kayes. Comment ne pas y croire si on sait que des milliers de Kayesiens ont défié tant la canicule que le jeun, à 14 heures pour uniquement écouter le message de IBK. Un message qui tourne autour de son programme solidarité, espoir ; rendre les services de santé accessibles à tous, faire de l’éducation une priorité, lutter férocement contre la corruption ; garantir la transparence pour le foncier et la propriété des terrains entre autres.

Liesse populaire et espoir dans les deux grands bassins d’immigration au Mali.
En venant à Dièma et à Yélimané, IBK a voulu lancer un signal fort aux Maliens de la diaspora. IBK a en effet promis que nos enfants qui vivent à l’extérieur auront désormais un meilleur sort. ‘’ L’Ambassadeur ou le Consul qui se désintéressera du sort des Maliens à l’extérieur sera automatiquement rappelé au Mali’’, dira-t-il.

Les populations qui sont sorties très nombreuses ont adhéré cinq sur cinq à sa cause. Pour cette première tournée à l’intérieur du Mali, on peut dire qu’IBK a rassuré les populations. A travers la composition de sa délégation de 14 membres, le candidat IBK a voulu montrer qu’il n’est pas le candidat du RPM, son parti, mais le candidat du Mali. On notait en effet la présence du patron de Wassoulou Or et non Président du parti ADP Maliba, Aliou Boubacar Diallo, du Président de IBK-Mali 2012, une association composée de plusieurs partis politiques et d’associations, de la Présidente d’une association féminine ‘’IBK, une chance à saisir’’. Ce sont tous ces Maliens et Maliennes qui aspirent à porter IBK au pouvoir au soir du 28 juillet.

Birama FALL

Envoyé spécial

Le Prétoire du 15 Juillet 2013.