Partager

Le président de l’Adéma a signé une convention avec le Rassemblement pour des Actions Concrètes (RAC), ce 28 février 2012 à l’hôtel de l’Amitié. Ce regroupement de jeunes leaders, essentiellement des promoteurs d’entreprises ou travaillant dans de grandes organisations du pays voire des multinationales, entend donner un nouveau souffle à l’Alliance pour la Démocratie au Mali (Adéma-PASJ) dans la perspective de l’élection présidentielle de 2012.

jpg_une-620.jpgC’est un «pacte», selon l’expression de Dioncounda Traoré, qui a été signé entre l’Adéma et le RAC qui se dit impressionné par la vision démocratique du parti de l’Abeille. C’est une occasion de «réconfort», assure le Pr. Dioncounda Traoré. «Dans ce pays, le Mali, que nous aimons tous, quand on observe autour de soi, il arrive parfois qu’on soit quelque peu déprimé, qu’on se pose beaucoup de questions et qu’on se demande quel avenir pour ce pays ? Quel avenir pour cette jeunesse ?» a souligné le candidat de l’Adéma-PASJ, sans approfondir sa pensée. Mais pour les jeunes du RAC, le Mali est à la «croisée des chemins» pour le devenir de sa démocratie, son intégrité et des conditions de vie de la population.

«C’est le moment de travailler pour faire en sorte que nos enfants ne meurent plus de maladies guérissables, que nos mères et sœurs ne meurent plus en essayant de donner la vie», a souligné le premier vice-président du RAC, Alou Yattassaye. Selon les responsables du RAC, c’est une «série de consultations» avec différents partis et organisations qui ont abouti à cette décision de soutenir le candidat de l’Adéma. «De ces consultations, le RAC a acquis la conviction que l’Adéma-PASJ est l’organisation politique qui partage ses préoccupations quant au devenir immédiat et futur du Mali» a souligné Alou Yattassaye. Concrètement, l’Adéma et son candidat doit intégrer le RAC dans sa stratégie d’action au cours des campagnes électorales et l’Association des jeunes, elle, se propose de consacrer toute son énergie à la victoire de Dioncounda Traoré.

Les deux instances, l’Adéma et le RAC, se retrouve, selon Yattassaye, sur un accord pour doter le Mali de systèmes éducatif et sanitaire plus performant, de politiques de soutien à la création de la valeur ajoutée, le renforcement de la gouvernance. Elles tiennent également à «attacher une attention toute particulière à la promotion de la jeunesse dans la conception des politiques publiques et de leur exécution.»

Président du Parti Africain pour la Solidarité et la Justice (ancien parti au pouvoir, 1992-2002) depuis 2000, le candidat de l’Adéma est président de l’Assemblée nationale depuis 2007. Le 23 février dernier, il a fêté ses soixante dix ans. Docteur en Mathématique et vieux routier de la politique malienne qui a fait la prison pour avoir décrié le régime militaire du général Moussa Traoré dans les années 1970, Dioncounda Traoré est paradoxalement mal connu et peu apprécié de l’opinion publique malienne.

Seydou Coulibaly

Le 29 Février 2012

© AFRIBONE