Partager

Le Parti Solidarité Africaine pour la Démocratie et l’Indépendance (SADI) a tenu la 5ème session de son Comité Central les 18 et 19 mai 2013 dans la salle Lamissa Bengaly, à Sikasso. Après avoir désigné Dr Oumar Mariko comme le candidat du parti à l’élection de juillet 2013, le parti SADI a exigé l’organisation des élections transparentes, libres, démocratiques, crédibles sur toute l’étendue du territoire sous le contrôle exclusif des autorités administratives et sécuritaires du Mali.

« Après deux jours de débats et d’échanges sur les questions qui engagent l’avenir de notre pays, le Comité Central a reconduit son choix sur le camarade Oumar MARIKO, Secrétaire Général chargé des relations extérieures du parti, pour briguer la magistrature suprême ». C’est en substance la synthèse d’une résolution qui a été lue à la clôture de cette instance du parti SADI le 19 mai 2013 à Sikasso. Dans cette résolution, le comité Central du parti SADI n’a pas caché sa conviction que « le camarade Oumar MARIKO possède toutes les qualités pour conduire les destinées du Mali sur la base de notre projet de société progressiste, démocratique, populaire et un programme juste qui correspond aux besoins et aux aspirations du plus grand nombre, efficace pour résoudre les problèmes des populations et du pays».

La résolution a rappelé que « son parcours, ses qualités d’homme d’Etat, sa constance dans la défense des idéaux du Parti et des intérêts de notre pays, son engagement dans les luttes sociales, pour la préservation des services publics, contre les privatisations sauvages, le bradage de nos ressources stratégiques légitiment largement le choix de notre parti et de tous les démocrates progressistes du Mali et d’ailleurs qui prennent conscience des enjeux actuelles de la guerre au Mali et qui aspirent à voir notre pays décider souverainement de son avenir ». Avant d’exiger « l’organisation des élections transparentes, libres, démocratiques, crédibles sur toute l’étendue du territoire sous le contrôle exclusif des autorités administratives et sécuritaires du Mali ».

Assane Koné

Le Républicain du 22 Mai 2013