Partager

« Il faut se méfier du vieux sac de piment« , dit l’adage. Cet adage sied bien à l’Adéma/PASJ que certains s’empressent de dire out pour l’élection présidentielle. Malgré les difficultés que l’Abeille a connues, son dard peut piquer fort le 28 juillet. Il suffit que les Abeilles s’en convainquent, qu’ils croient en leur chance et restent unis.

« Si chaque militant Adéma faisait seulement voter 5 personnes de sa famille, elle passerait Takokelen dès le premier tour. A défaut de 5 votants, si chaque militant de l’Adéma faisait voter seulement trois personnes de sa famille, l’Adéma serait au 2e tour et à défaut de tout cela, si seulement chaque militant de l’Adéma se contentait de voter, lui et lui seul, l’Adéma serait encore au 2e tour avec près de 33 % des suffrages. C’est ce que les statistiques issues de la compilation des résultats électoraux de 1992 à nos jours laissent présager. Alors assurons la victoire à notre parti ».

Ainsi raisonne un militant de l’Adéma. Un raisonnement rationnel et pertinent. Jusqu’à preuve du contraire, l’Adéma/PASJ reste la première force politique du pays. En effet, le parti de l’Abeille est crédité de 3 300 conseillers communaux, 32 conseillers nationaux, 276 maires dont 6 maires à Bamako, 27 présidents de conseils de cercle, 6 présidents de conseil régional, 56 députés, de milliers de militants et de sympathisants, sans oublier son capital d’expériences. La victoire pour l’Adéma est certaine si ses militants restent unis derrière le comité exécutif et le candidat Dramane Dembélé.

L’élan de sympathie et de compréhension dont ce dernier bénéficie se fonde sur ce nouvel esprit malien qui veut le changement, mais aussi, sur un parti fort adossé à des alliés fidèles et loyaux. Pour parvenir à l’objectif visé qui est de remporter l’élection présidentielle, la stratégie de l’Adéma/PASJ serait donc la responsabilisation des hommes et des femmes qui animent ce parti nuit et jour, à pied, à vélo, ou à dos d’âne.

Ce potentiel est un trésor inestimable. De plus, il ne faut pas ignorer que l’Adéma est un parti bien connu dans les villages et campagnes. Dans nombre de villages maliens, le visiteur est sûr de trouver trois personnes : le chef du village, l’imam… et le secrétaire général de l’Adéma/PASJ !

Toutes choses qui font dire à un autre militant que « l’Adéma/PASJ a les moyens de gagner. Nous sommes à l’écoute du peuple. Les Maliens veulent le changement, la jeunesse, le dynamisme. Je pense que notre parti est à l’avance. Dramane Dembélé, notre candidat incarne les attentes du Mali nouveau.

De Kidal à Kayes, de nos villes et campagnes, de nos hameaux et fractions, travaillons au Mali à faire de l’Adéma la voix du peuple, l’espoir des opprimés. Le Mali compte sur nous. Peuple Adéma, la victoire est certaine si nous restons unis, soyons différents mais restons ensemble!»

Denis Koné

13 Juillet 2013