Partager

A la faveur de son premier congrès ordinaire, tenu hier à l’ex-Palais des congrès de Bamako, le Parti pour l’action civique et patriotique (Pacp) a donné son onction à son président, Yeah Nianankoro Samaké, pour être son porte-drapeau lors de l’élection présidentielle de juillet.

Outre les délégués de sections, venus de partout du Mali, des partis amis du Pacp avaient fait le déplacement dans la salle Balla Moussa du Cicb. Au menu de cet exercice statutaire, deux points essentiels: la relecture des textes et la désignation du candidat du parti dans le cadre de la présidentielle de juillet prochain. Au terme d’une journée d’intenses travaux, les congressistes ont, à l’unanimité, engagé le parti à faire bloc derrière leur président, qui est également Maire de Quélessebougou, en l’occurrence Yeah Nianankoro Samaké.
Lors de la cérémonie d’ouverture des travaux, Yeah Samaké avait mis en exergue les efforts que le Pacp déploie depuis les premières heures du coup d’Etat du 22 mars 2012, en vue de la restauration de la démocratie dans notre pays.

Défis auquel le parti a été confronté dès sa naissance, à en croire M. Samaké. Mais, conscient que le Mali se relèvera de cette tragédie, le Pacp n’a eu d’autre choix que de consacrer l’essentiel de ses ressources à la sauvegarde de l’intégrité territoriale d’un Mali démocratique, a-t-il fait savoir. «Le Pacp est un parti jeune, mais citoyen et patriote», a-t-il fièrement lancé. Par ailleurs, convaincu que la situation sociopolitique difficile à laquelle nous faisons face résulte de la mauvaise gouvernance, le Pacp, par la voix de son président, a réaffirmé son opposition à l’affairisme, l’impunité, l’injustice et le laisser-aller.

Avec l’espoir que ce congrès produise des recommandations réalistes et réalisables, Yeah Nianankoro Samaké a formulé le vœu que les échanges soient constructifs.

Auparavant, il avait eu une pensée émue pour les soldats tombés sur le champ de l’honneur auxquels il a rendu un vibrant hommage.

Bakary SOGODOGO

Le Prétoire

23 Mai 2013