Partager

« Le problème de l’Adema, c’est son candidat », telle est la conviction d’un ancien ministre du parti majoritaire qui redoute, à l’instar d’une très importante colonie de militants et de leaders, que le candidat investi par la conférence nationale le weekend dernier ne parvienne pas à rassembler tout le peuple rouge et blanc autour de sa candidature. Malgré les promesses faites par les uns et les autres pour assurer la victoire en 2012 grâce à l’unité et la cohésion, les Abeilles sont toutes prises de peur à quelques 9 mois de la prochaine présidentielle. La majorité d’entre elles convient que leur porte drapeau et que l’ancien Premier ministre, Modibo Sidibé, pouvait bien faire leur affaire. Une opinion bien répandue et surtout défendue par les animateurs de nombreuses structures locales de l’Adéma. D’ailleurs, on a appris par voie de presse que les pro-Modibo préparaient leur riposte dans certaines localités du pays.

Ainsi, il nous est revenu que la Commune III, Ségou, Sikasso et Bafoulabé seraient les localités de contestation du choix du comité exécutif de l’Adéma/PASJ de président Dioncounda Traoré comme candidat officiel du parti à la prochaine présidentielle. Ils travaillent toujours sur le terrain pour amener les militants à aller à contre-courant de la direction nationale dont la décision va à l’encontre de la volonté et des intérêts du parti au sein duquel le choix de Dioncounda Traoré est loin de faire l’unanimité.

Déjà en Commune III, la ferveur de l’ancien PM ne se dément pas. Depuis le 24 mars 2011 à l’unanimité, les membres de la section des jeunes de la Commune III, ont décidé d’apporter leur soutien total. Une correspondance a même été adressée selon leurs dires, au secrétaire général de la section Adama Sangaré, pour l’informer de cette décision prise par elle, lors de sa réunion extraordinaire du 23 mars 2011 au siège du parti à N’Tomikorobougou. Une tendance qui risque de se généraliser surtout qu’il est évident que c’est lui qui apparait comme le candidat des deux présidents Alpha Oumar Konaré et Amadou Toumani Touré. Or sans le soutien de ces hommes d’Etat dont les soutiens seront décisifs comme l’a réaffirmé mardi dernier le très populaire maire de la commune urbaine de Sikasso et secrétaire général de la coordination des sections de l’Adema de la 3e région, Dioncounda Traoré n’aura pas le soutien des militants, donc aucune chance de gagner comme tous les autres.

Bintou Danioko

08.08.2011