Partager

Dans un stade plein, le président sortant, Ibrahim Boubacar Keïta, candidat de la plateforme ‘’Ensemble pour le Mali’’ a lancé sa campagne ce week-end. Son bilan plaide en sa faveur pour rempiler.

Critiqué à tort et à travers par ses adversaires, Ibrahim Boubacar Keïta reste flegmatique. Deux avions de transport militaires, deux hélicoptères de combat, la subvention des intrants agricoles, l’augmentation du salaire des fonctionnaires, la réalisation des infrastructures routières dont quatre ponts, la création de plus de 200 000 emplois, ce sont entre autres les points saillants du bilan du quinquennat finissant, du président Ibrahim Boubacar Keïta. Dimanche 8 juillet, le candidat de la plateforme ‘’Ensemble pour le Mali’’ a fait le plein du stade du 26 mars, où il a lancé sa campagne. Une véritable démonstration de force.

A 16 heures 45, son cortège franchit l’entrée principale du stade. Débout au toit du véhicule, tout de blanc vêtu, le candidat Ibrahim Boubacar Keïta, salut le public sous les hourras, près d’une vingtaine de minutes. Et lorsqu’il est invité à prendre la parole au pupitre, il ne peut cacher son émotion. Ses yeux se mouillent. «Vous m’avez honoré » s’exclame-t-il. Il s’en est volontiers passé de son discours pour laisser parler son cœur. L’air très décontracté IBK s’est adressé au public en langue nationale bamanan. « J’ai été insulté et dénigré. Mais ce que j’ai vu ici ce soir me suffit. Vous n’êtes pas des ingrats », a-t-il lancé. Des piques à peine voilées destinées à ses alliés d’hier devenus aujourd’hui adversaires jurés.  

« Nous avons acheté des équipements pour notre armée. Il a été dit que nous avons détourné de l’argent alors qu’il n’en est rien. Dieu m’est témoin. Même demain je dois recevoir quatre nouveaux hélicoptères de combat. Nos jeunes ont été formés. Ce sont eux qui les amèneront » a-t-il défendu.

« Ce n’est pas un discours de campagne, car je suis encore président de la République jusqu’au 4 septembre » a-t-il ajouté.
Le concept ‘’Boua ka bla’’ : le candidat de la plateforme ‘’Ensemble pour le Mali’’ Ibrahim Boubacar Keïta s’en moque. Créé par l’animateur Mohamed Youssouf Bathily surnommé Ras Bath allié proclamé du candidat de l’URD, Soumaïla Cissé, pour IBK le slogan ‘’Boua Ka Bla’’ a produit l’effet contraire. « Sans s’en rendre compte, ils ont trouvé un slogan de campagne pour nous. Rassurez-vous, Boua n’abandonnera pas de si tôt » a-t-il ironisé. Cependant il a reconnu que tout n’est pas rose dans son bilan de cinq ans et qu’il reste encore beaucoup peu à faire, notamment sur le plan sécuritaire.
Artisan clé du combat pour la réélection du président IBK à sa propre succession, Bakary Togolo, le patron de l’APCAM (Assemblée Permanente de la Chambre d’Agriculture), promet la victoire dès le premier tour. A lui, seul il a mobilisé ce jour-là, 150 000 paysans venus de l’intérieur du pays.

Directeur de campagne du candidat IBK et président de la plateforme ‘’Ensemble pour le Mali’’, l’ancien ministre Bocari Tréta, s’est réjoui de la grande mobilisation. Un succès à mettre à l’actif de l’ensemble des partis et associations alliés d’IBK. Il a invité les Maliens a retiré massivement leur carte d’électeur pour renouveler leur confiance au président IBK. Ce dernier a tenu à expliquer qu’il a été mis en première position sur le bulletin de vote, parce qu’il a été le premier à déposer son dossier de candidature. « Les autres ont pris du temps pour déposer leur dossier, parce qu’ils n’y croyaient pas à la tenue de cette élection. Mais ce Dieu décide nul ne peut l’empêcher » a lancé sèchement, Bocari Tréta.

Outre la soixantaine de partis politiques et des associations, le président sortant IBK, entame cette campagne avec le soutien de plus d’une dizaine d’artistes maliens de renommée internationale. A la cérémonie d’ouverture de la campagne plusieurs d’entre eux ont donné de la voix.

Le coup est donc bien parti pour 21 jours de marathon.
Lassina NIANGALY

L’indicateur du Renouveau du 11 Juillet 2018