Partager

‘’Comment améliorer le taux de participation aux élections ?’’ Tel était le thème de l’émission « question d’actualités » sur l’ Ortm le dimanche 02 juin 2013. Niaza Coulibaly recevait sur le plateau, le chargé de communication du parti RPM, Boubacar Touré, le représentant de l’URD, Issa Bassy Coulibaly, Amadou Aya de Yélèma et le président du Forum des Organisation de la société civile, Mamoutou Diabaté. Au cours de cette émission, les invités ont tous souhaité la présence de l’administration et de l’armée malienne à Kidal pour sécuriser le scrutin du 28 juillet prochain.

La tenue des élections libres transparentes et crédibles en juillet 2013 est l’un des points essentiels de la feuille de route de la transition. Mais les maliens restent sceptiques face à la situation obscure au tour de Kidal, la 8ème région du Mali. ‘’Comment améliorer le taux de participation aux élections ?’’ Le débat était à l’ordre du jour le week-end dernier sur l’Ortm en langue bambara pour permettre aux populations d’accorder beaucoup plus d’importance au vote. Selon le chargé de communication du RPM, Boubacar Touré, le Mali organise les élections depuis plus de 20 ans, mais le taux de participation atteint difficilement 35%. Cela est dû au manque d’éducation et de compréhension du projet de société des candidats.

« Le politique est considéré comme un menteur alors que c’est la politique qui gère la cité. Tous les acteurs doivent s’impliquer pour que les réfugiés et les déplacés puissent voter. En principe le taux de participation aux élections est plus élevé au nord qu’au sud », a-t-il dit. Avant de signaler que Kidal est parti intégrante du Mali. Pour Issa Bassy Coulibaly de l’Urd, les gens sont décourager de voter par faute de satisfaction de leurs besoins. Il a souhaité l’union entre les maliens. Avant d’expliquer brièvement le rôle des structures chargées de la gestion des élections. « Nous allons voter si la situation de Kidal est résolue. Notre souhait est que tous les maliens puissent voter le jour du scrutin », a-t-il conclu. Pour Amadou Aya de Yélèma, les gens s’intéressent qu’à la présidentielle qu’aux législatives et communales. Selon lui, il faut un changement de comportement et la vérité doit être dite aux citoyens afin d’avoir un vote massif. « La campagne électorale de 22 jours ne permet pas aux candidats de sillonner les 49 cercles du Mali vu l’état de dégradation des routes en période hivernale.

Les élections doivent se déroulées à Kidal sous le contrôle de l’armée et de l’administration malienne », a-t-il dit. Le président du Forum des Organisation de la société civile, Mamoutou Diabaté a indiqué les causes du faible taux de participation qui sont entre autre : le vote n’est pas une obligation pour le citoyen, les 18 ans ne cherchent pas à s’inscrire, le manque de confiance entre les candidats et les électeurs, la non importance du vote, le non retrait des cartes d’électeurs etc. Diabaté a levé tout équivoque en disant que la société civile ne donnera pas une consigne de vote, mais il a qu’a même demandé aux uns et aux autres d’aller voter pour le candidat de leur choix. « La position de la société civile est connue. Pas de vote sans l’armée et l’administration malienne à Kidal », a-t-il conclu.

Aguibou Sogodogo

Le Républicain du 4 Mai 2013