Partager

La Mission d’Observation électorale de l’Union européenne au Mali (MOE UE Mali 2013) a commencé son déploiement dans la perspective du scrutin présidentiel du 28 juillet. Les agents issus d’un premier contingent de 20 personnes ont rallié différentes localités du pays le samedi 6 juillet dernier.

Les prochaines élections marquent une étape cruciale vers le rétablissement de l’ordre constitutionnel, de l’unité, de l’intégrité territoriale et de la souveraineté du Mali. En tous cas, c’est ainsi que la chose nous ait vendue ! Pour un tel rendez-vous, l’union européenne qui est sensé conduire les opérations de soutien au pays a décidé de ne pas rester en marge du processus électoral.

Elle déploiera pour la première fois sur notre territoire national, une mission d’observation électorale (MOE) composée de 90 observateurs qui auront pour tâche d’analyser toutes les phases du processus électoral. « La mission d’observation de l’UE renforcera la confiance des électeurs dans un processus transparent, inclusif et crédible.

Eu égard à son immense expérience dans la région, Louis MICHEL est le choix parfait pour le rôle de Chef observateur », a indiqué la haute représentante de l’UE pour les affaires étrangères et la politique de sécurité, Catherine Ashton, dans un communiqué de presse daté du 5 juillet et largement ventilé.

L’ancien commissaire au développement de l’union, aujourd’hui député européen, est appelé à conduire cette mission «jusqu’à ce que le contentieux électoral soit vidé», a précisé Maria Espinosa, chef adjointe de la mission d’observation. Juste avant le départ des missionnaires pour leurs localités d’affectation, Mme Espinosa a animé un point de presse à l’hôtel Radisson Blue.

Sur la répartition des vingt premiers éléments arrivés à Bamako le 2 juillet 2013, Mme Espinosa précise : « les 10 équipes de 2 observateurs chacune ont pris la direction de leurs destinations respectives. Il s’agit des régions et localités de Mopti, Ségou, San, Kayes, Koulikoro, Dioila, Kangaba, Bamako, Bougouni, Sikasso. »

Notons que deux équipes demeurent dans la capitale et qu’aucun observateur n’a été envoyé dans les régions du Tombouctou, Gao et Kidal. Toutefois cette mesure a été présentée comme provisoire selon les termes du chef adjoint de la MOE : « pour le moment » et « pour des raisons de sécurité ».

Les différentes équipes seront rejointes par des dizaines d’autres pour atteindre le nombre des 90 « experts » attendus pour couvrir, selon Maria Espinosa, « 90 % de l’électorat malien ». «Nous sommes en contact avec tous les acteurs, toutes les parties prenantes à cette élection», a précisé cette espagnole qui débute ainsi sa 27ème mission de couverture électorale dont un grand nombre en Afrique. Elle a tenu a assuré « l’impartialité » des membres de cette mission européenne en terre malienne.

Seydou Coulibaly

08 Juillet 2013

AFRIBONE