Partager

Comme à son habitude, le candidat du RPM, El Hadj Ibrahim Boubacar Kéita, ne commence jamais une bataille électorale sans venir se confier aux autorités traditionnelles du District de Bamako, afin de solliciter leurs bénédictions et leur accompagnement.

C’est ainsi que, dans la perspective de la présidentielle du 28 juillet, il s’est rendu dans les familles fondatrices de Bamako le vendredi 12 juillet. Il s’est successivement rendu à Niarela, dans la famille du regretté Titi Niaré, où il a été accueilli par Modibo Niaré, chef de quartier de Niarela, à Bagadadji, au domicile de la chefferie des Souraka et à Dravela, chez le guide suprême des Dravé.

Le candidat du RPM était à la tête d’une importante délégation, composée entre autres du Coordinateur de sa campagne dans le District de Bamako, Soumeylou Boubeye Maïga, du Président du regroupement IBK Mali 2012, Mamadou Kassa Traoré, de sa Directrice de campagne adjointe, Mme N’Diaye Rama Diallo, et du Président des Associations pour le Mali (APM), Me Mohamed Ali Bathily.

La délégation du Kankelen tigui a débuté ses visites de courtoisie à Niarela où elle a été accueillie par une foule nombreuse, qui scandait, «IBK, Mali Président». S’en est suivi un échange entre la délégation d’IBK et Modibo Niaré, entouré de ses conseillers, dans le vestibule de la chefferie. Au cours de ces échanges, Modibo Niaré, les larmes aux yeux, a regretté le fait que le candidat du RPM ait été volé de sa victoire en 2002. Il a ensuite formulé des bénédictions pour le Tisserand en chef.

Après Niarela, IBK et sa délégation se sont rendus à Bagadadji, où ils ont bénéficié de la même mobilisation qu’à Niarela. Ils ont été accueillis par le chef coutumier des Souraka, Mamadou Touré, entouré de ses conseillers. La visite de courtoisie a pris fin à Dravela, avec la même atmosphère de cordialité.
Partout où El Hadj Ibrahim Boubacar est passé, Soumeylou Boubeye Maïga, Mamadou Kassa Traoré et Me Bathily ont expliqué les raisons qui les ont poussé à soutenir sa candidature parmi tant d’autres.

Ils ont évoqué son sens de l’autorité de l’Etat, sa rigueur dans la gestion. Bref, dans la situation où se trouve notre pays, IBK est selon eux l’homme qu’il faut pour le Mali. «Nous ne cherchons pas le pouvoir pour IBK, mais pour le Mali», a soutenu Me Bathily.

Cette visite d’IBK dans les familles fondatrices de Bamako est également le signe de son attachement aux valeurs de notre pays, où le respect des autorités traditionnelles est une valeur cardinale.

Youssouf Diallo

Le 22 Septembre du 15 Juillet 2013