Partager

C’est désormais sûr: la députée de Bourem, l’honorable Haïdara Aïssata Cissé dite Chato sera dans la course pour la conquête du fauteuil présidentiel. Elle a été investie, le samedi 15 juin, au Palais de la culture Amadou Hampaté Bâ, en grande pompe, par les organisations féminines et de jeunes ainsi que 11 partis politiques.

En effet, l’investiture de Chato a été une cérémonie riche en couleurs, avec des prestations d’artistes comme le parolier du rap malien, Mylmo, du tonitruant artiste tombouctoutien, Tialé Harby et le groupe Amanar de Kidal, venu prouver la diversité de la culture malienne. Des témoignages des organisations féminines, des jeunes, de Jacqueline Mouzalo, Sénatrice de la République du Congo Brazzaville, de la Présidente de l’Association 2e génération de France, Aminata Konaté, celle-là même qui a soutenu le Mali sur le plateau de TV5, lors du débat avec Moussa Ag Assarid et d’une délégation américaine, venue spécialement pour assister à son investiture, ont également meublé la cérémonie.

Tous ces témoignages ont magnifié le combat que Chato a mené pour contrer les mensonges des bandits en Europe et dans le reste du monde.
Dans son intervention, Chato a d’abord dénoncé la mauvaise condition de vie des populations maliennes, notamment les femmes, de Kayes à Kidal. Selon elle, «les populations sont confrontées aux mêmes problèmes». C’est pourquoi, a-t-elle martelé, «nous devons repenser notre modèle de démocratie et surtout de développement économique, social et culturel».

Avant de poursuivre «qu’il est désormais temps d’agir pour changer profondément le Mali». «Le temps de la grande transformation est venu pour construire un Mali fort, fort dans ses valeurs, fort dans son économie, fort dans ses institutions et fort dans sa cohésion. Le premier pas de cette longue aventure sera le lancement d’un plan d’urgence économique et social qui ramènera la croissance, augmentera et redynamisera notre tissu économique», a-t-elle déclaré. L’épouse de Sandy Haïdara a affirmé qu’elle dispose d’un programme pour «un Mali nouveau».

Un programme dans lequel l’école, une grande priorité, car chaque Malienne, chaque Malien a le droit de se former et d’avoir les moyens de réussir tout au long de la vie. Chato a également un Plan Marshall pour l’emploi. Pour ce faire, elle prévoit la création de 500 000 emplois, via les filières productives.
Elle estime, par ailleurs, qu’un pays qui compte plus de femmes que d’hommes ne peut pas viser le développement sans s’appuyer sur cet atout majeur au niveau politique, économique et, bien entendu, social. C’est pourquoi, elle veut instaurer une Bourse de soutien familial de 100 000 FCFA par an pour aider les mères des familles les plus défavorisées.

Les autres axes de priorité sont, entre autres, la création d’un guichet spécial par le biais d’un Fonds de Garantie Nationale, doté de 50 Milliards de FCFA pour faciliter l’accès des femmes et des jeunes au crédit, l’accompagnement, le renforcement et l’amélioration du système de protection sociale par une couverture Maladie Universelle pour permettre une meilleure prise en charge des femmes et des familles en matière de santé.

Haïadra Aïssata Cisé n’a pas oublié le monde rural où se trouve la grande majorité de notre population. Elle compte mettre en œuvre un plan ambitieux pour valoriser et réaliser la transformation du monde rural. Ce Plan sera articulé autour des piliers suivants: l’accès à la terre et aux intrants, à l’eau et à l’énergie, au crédit et à l’encadrement sans oublier l’aménagement d’au moins 200 000 hectares. Signalons, enfin, qu’au cours de cette cérémonie d’investiture les organisations féminines ont offert un chèque géant de 10 millions de FCFA en guise de caution à la candidature de Chato.

Youssouf Diallo

Le 22 Septembre du 17 Juin 2013


Chato investie candidate à la présidentielle de 2013 : Des engagements forts pour «transformer» le Mali

Créer cinq cent mille (500 000) emplois pour les jeunes, réformer les outils de financement et d’accompagnement des politiques de jeunes, établir la parité homme/femme dans divers domaines d’activités, faciliter l’accès des femmes et des jeunes au crédit à travers un fonds de garantie doté de 50 milliards de Francs CFA. Ce sont là, entre autres, les axes prioritaires qui dessinent les contours du nouveau Mali que l’honorable Aïssata Cissé s’engage à bâtir si les Maliens lui en donnent l’occasion en juillet prochain.

La députée élue à Bourem a été investie en grande pompe ce 15 juin au palais de la Culture Amadou Hampâté Ba. Elle devient ainsi la seule femme à ce jour à se lancer dans la course à la présidence, scrutin du 28 juillet 2013. Cet évènement, riche en couleurs, a drainé dans la salle de 2000 places du Palais, des milliers de jeunes et de femmes, venus de partout du Mali et de l’extérieur de notre pays. Ceux-là même à qui Chato doit sa candidature pour avoir fait l’objet de sollicitation de leur part, il y a quelques semaines.

La forte mobilisation de la dizaine de partis et autres associations porteurs de cette candidature témoigne de cette détermination à propulser l’honorable Aïssata Cissé à la tête de l’Etat. La remise par les femmes d’un chèque géant de 10 millions de francs CFA à leur candidate en guise de caution est une illustration éloquente de cette volonté. Mieux, tous les messages véhiculés lors de cette cérémonie ont reconnu en Chato l’espoir d’un Mali qui a besoin de se refonder et de renouer avec ses valeurs sociétales, aujourd’hui à rude épreuve.

Une candidature fortement soutenue de l’intérieur

L’occasion était donc bonne pour Hamèye Maïga d’exprimer, au nom d’une dizaine de partis politiques, le plaisir de soutenir cette candidature au regard de ce que Chato fait pour son pays, la sous-région et au-delà. C’est ainsi que M. Maïga a lancé un appel aux siens afin qu’ils se mobilisent davantage pour soulever plus haut le drapeau de celle qu’il considère comme le symbole de la stabilité. Après avoir rendu un vibrant hommage à la famille Haïdara à laquelle l’élue de Bourem doit son rayonnement national et international, Fatoumata Siré Diakité a estimé que la candidature de leur sœur était l’aboutissement du combat des associations de femmes.

Et F.S Diakité, au nom de la société civile, de faire part de toute sa fierté de voir une candidature féminine, notamment celle de Chato, dans la course à la présidence de 2013. « Il était impensable qu’il n’y ait pas de candidature féminine en 2013 », s’était-elle félicitée, en ce sens qu’elles ont été de toutes les luttes au Mali.

Chato est internationale

Une amie congolaise de Chato, sénatrice de surcroit, a estimé que la crise multidimensionnelle à laquelle le Mali fait face était peut-être due à la faible représentativité des femmes. De son avis, le moment était donc venu de donner sa chance à la femme à travers l’élue de Bourem dont elle a salué le courage. « Ta candidature est le symbole du rassemblement et de l’amitié entre les peuples », a noté la sénatrice.

A sa suite, Aminata Konaté, présidente de l’association 2ème génération de France, et Mamadou Komé, secrétaire général de la coordination Pdes de France, ont magnifié l’engagement de leur candidate auprès des Maliens de la diaspora, avant de lui renouveler le soutien de leurs structures respectives. « Plus que Chato, il s’agit de soutenir la reconstruction du Mali qu’elle ambitionne », a martelé la présidente de « 2ème génération », alors que pour M. Komé, leur soutien n’est que justice qu’ils rendent à cette dame qui s’est toujours battue à leurs côtés. Comment passer sous silence le message de ce Guinéen venu des Etats-Unis qui a invité les Maliens à faire du combat de Chato le leur, en la portant à la tête de l’Etat en juillet prochain. « Vous trouverez en elle la stabilité, l’unité, la joie d’être Malien et Africain », a-t-il ajouté.

Pour sa part, Mme Haïdara Aïssata Cissé, dans un discours programme, a dévoilé les grands axes sur lesquels elle entend s’appuyer pour tourner la page du Mali actuel. Ainsi, après avoir passé en revue la crise actuelle qui, dit-elle, résulte de nombreuses autres crises qui minent le Mali depuis longtemps, l’élue de Bourem s’est engagée à « transformer » ce pays avec la conviction que nous n’avons perdu aucune de nos potentialités. « J’ai bien conscience que cela est difficile mais rien ne doit entamer notre détermination », avoue-t-elle.

De l’avis de Mme Haïdara, le temps est venu d’agir avec un objectif clair pour construire un Mali fort de ses valeurs, son économie, ses institutions et de sa cohésion sociale. Ainsi, pour bâtir le pays dont elle rêve pour ses compatriotes, Chato s’engage, si elle est élue, à créer 500 000 mille emplois et à refonder l’éducation et la formation des jeunes. Pour les femmes, elle entend mettre en place une bourse de soutien familial de 100 000 Francs CFA/an pour venir en aide aux mères défavorisées.

Mieux, Chato ambitionne la création d’un guichet spécial dans un fonds de garantie national, doté de 50 milliards de francs pour faciliter l’accès des jeunes et des femmes au crédit et renforcer le système de protection sociale pour une couverture maladie universelle. Pour le monde paysan, elle s’engage à mettre en œuvre un plan pour valoriser et réaliser sa transformation. Plan qui s’articule autour de l’accès à la terre, des intrants, de l’énergie, de l’eau, du crédit et de l’accompagnement. Mais surtout l’aménagement de 200 000 hectares.

Bakary SOGODOGO

Le Prétoire du 17 Juin 2013