Partager

La vie politique de notre grand pays, 1241 323000 Km2, est actuellement animée par les protagonistes et les antagonistes du président Amadou Toumani Touré. Lorsqu’on analyse les récentes sorties et les déclarations de la classe politique, on constate : que l’horizon n’augure rien de bon.

L’Alliance pour la démocratie et le progrès (ADP) qui regroupe 44 partis politiques et les partis de l’opposition (SADI) et ceux qui se réclamant d’une opposition modérée (PARENA, RPM), on constate encore que c’est la fin proche du multipartisme au Mali.

L’échec des démocrates est réel. On le voit, on le sent. Tous ont échoué.

De Alpha Oumar Konaré et son parti, l’ADEMA- PASJ au général Amadou Touré, candidat indépendant élu pour un second mandat avec 71,35% des voix exprimées.

Depuis 2002, année du déclin de la démocratie, les Maliens ont pris leur distance vis-à-vis des partis. Les marches et les meetings ne mobilisent plus, les gadgets électoraux, les Tee- shirts, pagnes, thé, sucre n’attirent plus les électeurs.

Certains nostalgiques de l’ex-parti unique regrettent la chute de Moussa Traoré. D’autres observateurs voient un retour en force des enfants des anciens dignitaires au pouvoir.

Selon certains analystes, le prochain président de la République du Mali serait Cheick Modibo Diarra, l’astrophysicien de la NASA, directeur de Microsoft- Afrique (Microsoft détient 80% du marché mondial).

Natif de Ségou 2ème quartier, le Docteur Cheick Modibo Diarra est de la lignée des « Ngolossi » descendant de Tiéfolo Diarra. Tout comme son frère Sidi Sosso Diarra, Vérificateur général du Mali.

Sur le plan international, l’astrophysicien est très populaire: directeur de la Fondation Pathfinder, conseiller spécial de plusieurs chefs d’Etat africains. Il était le parrain du festival sur le Niger tenu récemment à Ségou. Il a fait venir plus de 100 médecins spécialistes à Ségou pour des consultations gratuites. Il a été également le parrain du FESPASCO de 2009.

Il a à son actif la création de la Banque Panafricaine : le Groupe Ecobank. En Afrique, le docteur Cheick Modibo Diarra est bien côté auprès des présidents Bongo et Compaoré (deux gouverneurs de la France pour l’Afrique de l’Ouest et Centrale).

Au Mali, il est déjà en mouvement à travers les anciens de l’UDPM, transformé en MPR et des proches de l’ex-couple présidentiel.

Autre aspect non négligeable: l’association des Diarra qui a vu le jour en 2007 à Ségou. Leur ancêtre Wanassé Diarra eut 154 enfants dont N’Golo Diarra, le roi fondateur de la dynastie des N’Golossi de Ségou.

Les Diarra ont donné 48 chefs au royaume Bambara de Ségou. C’est dire que le patronyme Diarra est le plus nombreux au Mali. Rassemblés, ils (les Diarra) peuvent gagner un scrutin.

Autre fait de l’histoire qui milite en faveur de Cheick Modibo Diarra : l’empire du Mali et les royaumes Bambara ont été dirigés par des rois dont les patronymes ont marqué notre l’histoire. Il s’agit des Kéïta, des Traoré et des Diarra.

Déjà, les Keïta et les Traoré ont occupé le palais de Koulouba.

Le candidat indépendant à l’élection présidentielle de 2012 serait à prendre au sérieux cars, le cabinet du président ATT est déjà infiltré (M’Bouillé, Siby, Django Sissoko).
C’est dire que les USA aurait déjà donné leur quitus à Modibo.

A Bamako, l’association créée sous son égide est en marche : Action Concrète pour le Mali (ACCOMA), présidée par Fadiala Dembélé, DGA de la CAM (Compagnie aérienne du Mali).

Amy SANOGO

30 MARS 2009