Partager

Après les législatives et la formation du gouvernement, les partis politiques commencent à se positionner pour les élections présidentielles de 2012. Déjà, certains envisagent la récupération des militants flottants du Mouvement Citoyen et autres cadres influents de divers horizons. Et au sein de la classe politique, certains disent qu’il est hors de question de soutenir un candidat indépendant pour les présidentielles de 2012. Autrement dit, les formations politiques les plus significatives qui ont soutenu l’actuel président de la République ont des ambitions, puisqu’elles comptent présenter des candidats issus de leurs rangs pour les présidentielles de 2012.

C’est pourquoi dès le lendemain des législatives et de la formation du gouvernement, des tractations vont bon train. Déjà, on accuse certains hauts cadres d’affaiblir les partis politiques qui ont le vent en poupe au profit d’un autre indépendant. A en croire nos sources, l’URD est plus que jamais déterminé à présenter un candidat à la présidentielle de 2012.

DES INDICES

Selon la même source, le président de l’URD est en fin de mandat à la commission de l’UEMOA et envisage de tenter sa chance en 2012. C’est ainsi que certains font état de rapprochement entre M. Soumaïla Cissé, président de l’URD et les amis d’ATT. Autrement dit, M. Cissé aurait rencontré certains d’entre eux pour avoir leur bénédiction en 2012. Cela est-il vrai ou s’agit-il de pures supputations?

Aussi, à l’ADEMA, on envisage de récupérer les mécontents, les exclus et les exilés pour reconstituer sa force afin de reconquérir le pouvoir que le parti avait perdu en 2002 à cause des querelles de personnes. C’est pourquoi d’ailleurs on évoque dans l’opinion le possible retour de Soumeylou Boubeye Maïga et certains cadres et militants qui avaient pris leur distance vis-à-vis de la Ruche.

Le retour de l’ancien numéro un de l’Adéma-PASJ, M. Alpha Oumar Konaré est aussi attendu. Toutes choses qui seront bénéfiques pour le parti qui envisage d’assurer la relève conformément à sa stratégie politique. Mais comment?

En tout cas, de 2002 à nos jours, les cadres de ce parti participent à la gestion des affaires publiques du pays à plusieurs niveaux.

LES PARTIS DE L’OPPOSITION AFFUTENT AUSSI LEURS ARMES

Il faut souligner que les partis de l’opposition affûtent aussi leurs armes, malgré qu’ils ne s’apprécient pas bien entre eux, ils n’entendent pas faire de cadeaux aux acteurs de la mouvance présidentielle. Ce qui veut dire que la bataille pour 2012 sera rude. D’où le positionnement des uns et des autres.

Aussi, le Mouvement Citoyen qui tarde à se transformer en parti politique risquera d’être le réservoir des partis politiques qui sont à la recherche d’une force électorale. En effet, tous savent qu’il sera difficile pour un seul parti de gagner les élections sans le soutien d’autres acteurs influents.

Et, quoi qu’on dise, le Mouvement Citoyen est une force qui peut servir les partis politiques qui ont l’ambition de conquérir le pouvoir en 2012. Mais, ses ténors accepteront-ils de faire ce jeu, quand on sait qu’ils ont la possibilité de briguer après ATT la magistrature suprême? C’est le temps qui nous en dira.

Dado CAMARA

29 novembre 2007.