Partager

L’ancien Premier ministre Modibo Sidibé envisage un dernier baroud d’honneur avant l’ouverture officielle de la campagne électorale pour la présidentielle d’Avril 2012. En effet, les mouvements, clubs et associations de soutien à sa candidature organisent, le 25 mars prochain au stade du 26 mars, une convention nationale « Je SMS ».

Le moment est très attendu. Les partis politiques et certains observateurs en auraient fait un baromètre pour mesurer le poids électoral du candidat, Modibo Sidibé. Attendu parce que beaucoup de choses ont été dites dans l’attente de cette convention nationale « Je SMS » (je soutiens Modibo Sidibé) qui est censée lever le voile sur tous les hommes politiques qui envisagent de « poignarder » le candidat désigné de leur parti. Il est attendu également parce que jusque-là, Modibo Sidibé s’est contenté de rencontrer ses amis dans des salles, dans les villages ou autres recoins du pays.

La convention nationale du 25 mars sera probablement celle qui va officialiser la candidature de Modibo Sidibé à la présidentielle de 2012. Elle regrouperait les mouvements, clubs et associations de soutien du candidat, les partis de l’Alliance pour la démocratie, le progrès et la solidarité (ADPS), et tous ceux qui se réclament de Modibo Sidibé officiellement ou dans la clandestinité. C’est en principe le jour de vérité pour l’ancien Premier ministre qui inquièterait la classe politique nationale.

Parce qu’il est candidat indépendant et que sa candidature ne semble pas la bienvenue, du moins du côté de certains hommes et partis politiques du pays. Certains d’entre eux n’hésitent pas à le dire ouvertement et à mettre en garde leur militant contre toute tentative de choisir un candidat indépendant. C’est un appel dont il sera difficile de mesurer la portée, le 25 mars au stade du 26 mars. Mais tout porte à croire que les amis de Modibo Sidibé sont convaincus du challenge. Ils voudraient bien montrer à ces hommes politiques qu’ils ne détiennent pas la réalité du terrain. Que seul le peuple a le monopole du scrutin.

Après avoir sillonné le Mali du nord au sud, d’est en ouest, Modibo Sidibé est certainement dans la logique de jauger la force de ses troupes, l’impact de ses différentes missions sécrètes et officielles dans le pays profond et à l’extérieur.

Au cours de cette convention, Modibo Sidibé pourrait aussi se prononcer sur ces complots dits ourdi contre la classe politique, sur son programme, et ses ambitions pour le Mali. Il signera une plateforme avec les clubs, mouvements, et associations de soutien à sa candidature.

Idrissa Maïga

L’Aube du 20 Mars 2012