Partager

Depuis l’avènement de la démocratie dans notre pays, nous assistons au scrutin le moins frauduleux, très certainement à cause du bulletin unique qui empêche naturellement la fraude massive ; le moins scandaleux à cause de l’esprit de civisme des électeurs et de la présence remarquable mais discrète des forces de l’ordre ; le plus transparent à cause du sérieux de l’Administration, de la couverture effective par les observateurs et de la vigilance des responsables et représentants de partis politiques. D’où la crédibilité de ce scrutin et qui est à l’honneur de tous.

Qui l’eut cru ? Après tant de propos tendant à faire croire à une mascarade d’élections, le Mali vient de réussir le vote le plus paisible et le plus transparent. Il y a eu certes des adversités, mais jamais l’animosité. Il n’y a même pas eu de tee-shirt ou d’imprimés au nom d’un candidat tendant à influencer les électeurs. Du côté de l’organisation, toutes les mesures ont été prises pour la bonne tenue des échéances. Les matériels et les membres des bureaux de vote étaient généralement au rendez-vous.

Quelques problèmes habituels ont tout de même été constatés au niveau de l’encre, des tentatives individuelles de fraudes, du retard dans l’ouverture de quelques bureaux de vote. A Ménaka, il est à signaler que certains bureaux de vote étaient loin des électeurs à cause de la suppression des bureaux itinérants. A Nioro du Sahel des électeurs ont voté avec le carnet de famille. Un problème de bourrage d’urnes a été évoqué à Kita. Un fraudeur du nom de Moussa Diakité a été arrêté en Commune VI, deux cas de tentative de fraude ont été enrayés c’est-à-dire les intéressés empêchés de voter au centre République en Commune II. Un assesseur a été momentanément enlevé à Mamadou Sarr.

Aussi, les candidats comme Madiassa Maguiraga, Oumar Mariko, Mamadou Bakary Sangaré et Madame Sidibé Aminata Diallo n’avaient pas de représentants dans certaines localités. L’on peut en déduire que sans avoir les moyens de leur candidature, ceux-ci se sont engagés dans la course. Cependant, Mariko dans une déclaration à la presse affirme que certains de ses délégués ont été empêchés d’accéder aux bureaux de vote à Niono et en Commune VI. Par qui et pourquoi, dans la mesure où tous les autres ont été acceptés ?

En tout cas, dans les nombreuses circonscriptions dont nous avons eu les échos, le scrutin s’est normalement déroulé : Chine, Etats-Unis, France, Gabon, Angleterre, Burkina, les six communes de Bamako, Sikasso, Ségou, Kayes, San, Koutiala, Bougouni, Gao, Kidal, Tombouctou, Mopti, Djenné, Koulikoro, Kati, Kita…

C’est ce qui ressort également des témoignages du maire de la Commune V Demba Fané, de certains représentants de la CENI, du maire de la Commune VI Souleymane Dagnon, du maire de la Commune III Abdel Kader Sidibé, le maire de la Commune II Gaoussou Ly, le Président de la Commission électorale locale Ibrahim Touré d’Ansongo, le Coordinateur au niveau du lycée moderne de Kalabancoura, des Présidents de bureau à Nioro du Sahel, Koutiala, Bla, Djenné, Koutiala, Kita, Sikasso, Tombouctou, Kati, Douentza…

C’est dire que ces élections ont répondu aux attentes quant à la bonne organisation et au bon déroulement. En attendant la proclamation des résultats définitifs et leur acceptation par l’ensemble des candidats, l’on peut dire que le Mali est bien parti pour fêter la réussite de ces élections.

Mamadou DABO

21 mai 2007.