Partager

Le Front pour la Démocratie et la République (FDR) a été mis sur les fonts baptismaux hier dimanche 25 février à l’Espace Culturel Blonba par quatorze formations et deux associations politiques. Il s’agit du RPM, du PARENA, de la CD, de la CDS Mogotigiya, de la COPP, des DPM, du Faso, du MPDD, du PARI, du PER, du PRDDM, du RDR, du RDT, du RJP, de l’ADJ et de Convergence 2007. L’objectif principal du FDR est de réussir l’alternance le 29 avril prochain. Les leaders de ces formations et associations sont unanimes pour dire « Amadou doit partir ». Une autre façon de voir le sigle ADP.

Le Landerneau politique malien se bipolarise. Désormais en face de l’Alliance pour la Démocratie et le Progrès (ADP) créée uniquement pour la réélection du président sortant ATT il y a le Front pour la Démocratie et la République (FDR) mis sur les fonts baptismaux, hier dimanche 24 février à l’Espace culturel Blonba par 14 partis et deux associations politiques. Il s’agit du RPM de Ibrahim Boubacar Kéïta, du PARENA de Tiébilé Dramé, de la CDS-Mogotiguiya de Blaise Sangaré, de la Convergence Démocratique Sigi Kafo Ton de Ousmane Baba Kané, COPP de Me Mamadou Gakou, les DPM du Dr Fatogoma Togola, du Faso du Pr. Issa N’Diaye, du MPDD de Moussa Sanogo, du PARI de Mamaye Kassogué, du PER de Ibrahim Cissé, du PRDDM de Modibi Sidibé, du RDR de Amadou Sidibé, du RDT de Amadou Niangado, du RJP de Cheick Sadatt Haïdara. Les deux associations politiques sont Convergence 2007 de Soumeylou Boubèye Maïga et l’ADJ de Abdoul Karim Traoré dit Diop.

Tous ces leaders ont apposé, tour à tour, leur signature sur le Protocole d’Accord du FDR, sous-tendu par une plate forme électorale.

Le Protocole d’Accord du Front pour la Démocratie et la République (FDR) élaboré sous la présidence de l’ancien ministre du Plan et de l’Economie, El Madani Diallo et rendu public par lui-même, au cours de cette cérémonie comprend 22 articles, huit chapitres et, bien sûr, un préambule. Ce dernier fait référence aux sacrifices consentis par le peuple malien, au cours de sa longue lutte pour l’avènement de la démocratie pluraliste, à l’impérieuse nécessité de rassembler les forces démocratiques, républicaines et patriotiques, au rôle primordial des partis politiques dans l’approfondissement de la démocratie et le renforcement de l’Etat de droit, au Manifeste pour la Démocratie, à la situation politique et socio-économique actuelle, aux valeurs culturelles fondatrices de la société malienne.

Dans le chapitre premier, consacré à la création, on note que : « les parties signataires du présent Protocole décident solennellement d’unir leurs efforts et de travailler ensemble dans le respect de leurs identités propres et dans la solidarité pour assurer une pratique démocratique véritable dans notre pays ; de créer à cette fin une alliance dénommée Front pour la Démocratie et la République dont le sigle est FDR ».

Dans le deuxième chapitre, les objectifs sont énumérés. Entre autres, on retient la constitution d’un pôle démocratique et républicain solide et stable pour la conquête et l’exercice du pouvoir; d’effectuer un travail d’information, de formation et de sensibilisation en direction des partis, des associations démocratiques, et des populations en général ; d’organiser des concertations entre parties en vue de dégager des positions communes sur toutes les grandes questions de la nation ; d’élaborer, dans le cadre du FDR, des éléments d’un plan d’action à court, moyen et long termes ; d’œuvrer au renforcement des acquis républicaines et démocratiques du peuple malien, notamment les institutions républicains, l’Etat de droit, le pluralisme politique, la démocratie représentative et la décentralisation.

Le troisième chapitre concerne l’adhésion. Celle-ci est prononcée par le présidium et notifiée à la partie intéressée. Elle se fait suivant les procédures internes propres à chaque organisation. Les autres chapitres portent sur le fonctionnement et l’organisation du FDR, ses ressources, les droits et devoirs, son programme de développement, les actions politiques et les dispositions finales.

Très riche en couleurs, la cérémonie a été entrecoupée par le seul et unique chant musical :  » Mali Bâ  » de Djenéba Seck qui a fait raisonner les esprits et galvaniser les cœurs.

Elle a pris fin par une adresse de chacun des 16 leaders présents dans la salle. Tous sont unanimes que l’alternance est possible et qu’elle se réalisera au lendemain du 29 avril prochain. Tous sont d’accord pour dire que : « Amadou Doit Partir ».

Avec humour, le Pr. Diop de l’ADJ a martelé que le « takokelen est désormais le ta ka peren » (traduction libre : ATT au lieu d’être élu dès le premier tour mordra plutôt la poussière dès le premier tour).

Dans le même ordre d’idées, Boubèye dira qu’il aura un Takokelen à l’envers si jamais les Maliens votaient selon leurs vraies conditions de vie.

IBK, Tiébilé Dramé, Me Gakou, le Pr. Issa N’Diaye et tous les autres ont dénoncé, chacun à sa manière, et dans son style propre, les différentes dérives du pouvoir notamment la propagande politique relayée par l’ORTM.

« Le FDR doit devenir l’instrument privilégié de la rupture, du changement qualitatif à opérer pour mettre un terme aux dérives autocratiques actuelles et celles susceptibles de naître. Aussi, le Faso en appelle à une vaste mobilisation patriotique et populaire pour faire échec au coup d’Etat électoral en préparation. Nous disons fermement et ensemble avec le FDR : Ni maa min ko k’i b’a ta ko kelen, n’a bla ko kelen, i n’a bla ko fasay ! » a déclaré le président du Faso (traduction libre : celui qui prétend le remporter d’un seul coup risque d’échouer et d’abandonner pour de bon la partie.

Chahana TAKIOU

26 février 2007.