Partager

C’est une source généralement bien informée qui l’indique : l’ex-chef de la junte putschiste du 22 mars 2012, le désormais Général de Corps d’armée, Amadou Haya Sanogo, pourrait être nommé dans un proche avenir Conseiller spécial auprès du président IBK, chargé des questions militaires. Si elle se confirmait cette nomination règlerait le problème de la poursuite de la carrière du Général Sanogo au sein des forces armées mais en poserait d’autres.

D’abord elle serait un facteur de fragilisation du bloc hétérogène constitué autour d’IBK pour le faire élire. Au sein du Cabinet présidentiel même, le Général Sanogo devra s’attendre à affronter de fortes inimitiés.

La nomination n’en apparaitra pas moins comme la preuve que le candidat IBK avait le soutien de l’ex-junte, ce qui ajoutera du blé au moulin de ses détracteurs, en particulier la composante du Front pour la Démocratie et la République (FDR) qui a décidé de se constituer en une opposition musclée mais républicaine. C’est cette composante du FDR qui s’est dite résolue à faire annuler le décret élevant l’ex-capitaine au grade de Général, le jugeant » immérité et illégal « .

Enfin la proximité annoncée du Général Sanogo avec le nouveau locataire du palais de Koulouba pourrait être vite gênant pour ce dernier, des organisations internationales de droits de l’homme n’ayant pas fait mystère de leur préférence de le voir traduit en justice pour « atteintes graves et répétées aux droits humains » .


Gouvernement : La jeunesse RPM sanctionnée pour « chantage » ?

Des sources révèlent que des jeunes proches du RPM ont usé d’une méthode proche du chantage en amenant certains hauts cadres de l’administration et des entreprises parapubliques à débourser d’importantes sommes d’argent pour financer la campagne du candidat IBK. C’était dans le genre : ou vous soutenez IBK et vous gardez votre place en cas de victoire (assurée d’avance) ou vous refusez et vous vous inscrivez au chômage technique par anticipation.

Nos sources indiquent qu’informé après coup de cette pratique, le Seigneur de Sébénicoro aurait peu apprécié, lui qui voulait une victoire sans bavure.

Conséquence : la jeunesse RPM n’a pas été représentée à hauteur de souhait au gouvernement Oumar Tatam Ly.


Le Premier ministre Oumar Tatam Ly s’est marié hier avec la fille de Younoussi Touré

Le Premier ministre Oumar Tatam Ly a célébré, hier, son mariage religieux à la grande mosquée de l’Hippodrome. L’élue du cœur de l’actuel chef du gouvernement s’appelle Reanata Touré, affectueusement appelée Anna par les intimes.

Cadre à Ecobank-Mali, elle est la fille de Younoussi Touré, président par intérim de l’Assemblée nationale, ancien Premier ministre sous Alpha Oumar Konaré et surtout président de l’Union pour la République et la Démocratie (URD), parti dont le candidat Soumaïla Cissé a disputé le second tour de la dernière élection présidentielle avec le leader du Rassemblement pour le Mali (RPM), Ibrahim Boubacar Kéïta. Il faut relever que le Premier ministre Tatam Ly, qui est père de deux enfants, était célibataire au moment de sa nomination à ce poste. La question que l’on est en droit de se poser est de savoir quand est-ce que le patron de la Primature va passer devant l’officier d’Etat civil pour légaliser ce mariage.

Rassemblés par Kassoum THERA

16 Septembre 2013.