Partager


La bataille pour la présidence du Haut Conseil des Collectivités (la dernière née des Institutions de la République) n’a pas eu lieu faute de combattant. En effet, Mamadou Bakary Sangaré dit Blaise, fraîchement élu conseiller national suite au scrutin du 18 mars 2007 qui était fortement pressenti pour être le challenger du président sortant M. Oumarou Ag Ibrahim n’a finalement pas fait acte de candidature pour éviter l’humiliation et pour cause! Oumarou Ag Ibrahim a entamé depuis le 2 avril 2007 son deuxième mandat successif en tant que président du Haut Conseil des Collectivités.

BLAISE EVITE L’HUMILIATION

Mamadou Bakary Sangaré dit Blaise a évité l’humiliation de justesse en renonçant à la présidence du Haut Conseil des Collectivités. A l’issue du scrutin du 18 mars dernier, le Mogotigui autoproclamé de Bougouni a été contraint de revoir ses ambitions à la baisse, quand on sait qu’il est le seul élu national de son parti, la Convention Sociale Démocrate (CDS) et que le regroupement politique auquel il appartient, en l’occurrence le Front pour la Démocratie et la République (FDR) n’ont eu que 12 conseillers nationaux sur 75 au total contre 55 pour l’Alliance pour la Démocratie et le Progrès (ADP).

L’Alliance pour la Démocratie au Mali (ADEMA) qui est le parti de Oumarou Ag Ibrahim avec 35 conseillers nationaux sur 75 possibles est la locomotive de l’ADP. L’Union pour la République et la Démocratie URD, un autre parti membre de l’ADP a obtenu 13 conseillers nationaux

LA STRATEGIE DE BLAISE N’A PAS PAYE

Le président de la Convention Sociale Démocrate (CDS- Mogotiguiya) M. Mamadou Bakary Sangaré dit Blaise a encore du chemin à faire en politique s’il veut démontrer que 2+2 n’est pas égal à 4. Ce qu’il n’a pas pu faire à l’Alliance pour la République et la Démocratie (ARD) dont il était membre de 2002 jusqu’au 25 février 2007, date de création du FDR. Ce que Blaise n’a pas eu à l’ARD, il ne l’aura pas au FDR.

LA DEUXIEME VICTOIRE DE L’ADP SUR LE FDR

L’élection des 75 conseillers nationaux, scrutin du 18 mars 2007, a été considérée par les observateurs de la scène politique malienne comme étant le 1er affrontement électoral entre l’ADP et le FDR. On le sait déjà ce 1er choc dans les urnes s’est soldé par la victoire de l’ADP.

Deux semaines après, les deux grands regroupements antagoniques du moment se retrouvent de nouveau à travers leurs représentants au Haut Conseil des collectivités qui ont élu entre eux Oumarou Ag Ibrahim comme président de l’institution. Ce fut la deuxième victoire électorale de l’ADP sur le FDR.
Il fut élu par la majorité écrasante des conseillers nationaux, soit 70 voix pour 4 contre et une abstention.

LES PRIORITES DE LA NOUVELLE MANDATURE

Dans ses premières déclarations, le président réélu a laissé entendre que la deuxième mandature sera celle du renforcement des acquis et de l’ouverture d’autres chantiers pour valoriser et sécuriser la fonction d’élu communal. Cela passe par le transfert effectif des compétences, des ressources aux élus des collectivités. Il s’agit là d’une disposition de la loi sur la décentralisation qui a l’ambition de faire de l’élu local le 1er acteur du développement de la collectivité.

Il faut ajouter que le bureau du Haut Conseil des Collectivités comprend, en plus d’un président élu pour cinq ans, la durée d’une mandature, cinq vice-présidents, deux questeurs et cinq secrétaires qui sont élus au sein du bureau pour une année renouvelable.

Pour rappelle, les 75 conseillers nationaux qui forment le Haut Conseil des Collectivités sont issus de: l’ADEMA qui a eu 35 élus, l’URD 13; le RPM 8; le CNID-FYT 4; le PARENA 3; le MPR 2; l’UDD 1; la CDS 1; le Mouvement Citoyen 3; et les indépendants 5.

Daba Balla KEITA

05 avril 2007.