Partager

Oumar Ibrahim Touré doit mettre un peu d’eau dans son vin en renonçant à ses ambitions. Sinon, il se cassera les pieds, lors du congrès du parti de la “poignée de mains”, le week-end prochain. Telle est, en substance, la conviction de la grande majorité des militants, et responsables de l’Union pour la République et la Démocratie, tous médusés par l’attitude du ministre URD qui, depuis un certain, s’agite par presse interposée et à travers des “pions” dévoués à sa cause.

Si bien que de nos jours, à différents niveaux, cette attitude commence à intriguer tous ces militants et responsables. Tant au sommet qu’à la base du parti, la conviction est établie qu’en persistant dans sa démarche jugée hasardeuse, le ministre de la Santé sera tenu pour seul responsable du sort qui lui sera réservé, lors de ce prochain congrès.

C’est pourquoi tous voudraient le voir renoncer à son ambition, en tout cas s’il aspire encore à la présidence du parti. Selon des informations recueillies auprès de quelques cadres du parti, cette position adoptée par les uns et les autres, au sein du parti de la “poignée de mains” fait suite à un constat.

Primo, à leurs dires, le président Younoussi Touré à qui le deuxième vice -président veut s’opposer, lors de ce congrès, est un bon président. De la création du parti à nos jours, déclare-t-on, il n’a jamais failli à sa mission.

“Nous sommes allés aux communales; nous sommes sortis deuxième national. Au Haut Conseil et aux législatives, c’est pareil. Si quelqu’un fait un tel résultat, on peut lui demander de faire plus. Mais dire qu’il n’est pas bon, c’est autre chose. Cela veut dire qu’il y a quelque chose que nous ignorons tous à l’URD”.

C’est en substance ce qu’affirment les quelques militants et cadres révoltés par l’attitude du ministre qui, pour tout l’argument soutenu à l’encontre de l’actuel président de l’URD consiste à déclarer… qu’il est vieux, qu’il n’est pas compétent, et qu’il faut qu’il se repose.

Mais la réaction de tous ceux qui sont irrités par cette augmentation du ministre de la Santé ne se fit pas attendre. A leur avis, l’ensemble des cadres de l’URD font observer que le président de l’Assemblée nationale est plus vieux que Younoussi Touré, et que par ailleurs, il a le même âge que le président du RPM. Pourtant, ces deux personnalités étant présidents de leurs partis respectifs, et ils n’ont jamais été contestés à la présidence pour leur âge.

Aussi, à l’adresse du deuxième vice-président et à ses “pions agités”, bon nombre de cadres et de militants posent la question : où diable étaient-ils donc, pendant la nomination et la présidence de ce Younoussi Touré qu’ils contestent tant?

Par ailleurs, ces cadres et militants rappellent que le ministre Oumar Ibrahim Touré fait partie du secrétariat exécutif, et qu’en cette qualité, il participe à la prise de toutes les décisions. Pourquoi alors attendre le moment des candidatures pour dénigrer Younoussi Touré, interroge-t-on à Niaréla, siège de l’URD?

Ces cadres outrés par le comportement du deuxième vice-président de l’Union pour la République et la Démocratie rappellent qu’à leur connaissance, Oumar I. Touré ne s’était jamais montré défavorable à une décision prise par le parti. Et le président Younoussi Touré n’a jamais pris une décision unilatérale, soutiennent les militants.

Et ces derniers, de fustiger le ministre URD, en lançant : avant de se plaindre de la mauvaise gestion du parti, par l’actuel président, le 2e vice-président ferait mieux de chercher à gérer d’abord son parti au niveau de son cercle. Et d’enfoncer le clou : avec les avantages liés à son statut de ministre, il avait toutes les possibilités de faire élire le candidat du parti, lors des dernières législatives surtout que ledit candidat était son ami.

On fait d’ailleurs remarquer qu’aujourd’hui ledit candidat a quitté l’URD pour rejoindre l’ADEMA, en compagnie de 9 conseillers. Pour les cadres URD, quelqu’un qui n’a pas pu gérer son cercle ne peut pas gérer un pays. Allusion expresse adressée au 2e vice-président dont l’attitude commence à intriguer, voire à indigner tout le monde, à l’Union pour la République et la Démocratie (URD).

En effet, tous affichent la conviction que le vice-président du parti ne vise pas seulement la présidence de l’URD, mais il cherche à oeuvrer par tous les moyens en vue d’être candidat en 2012. Mais malheureusement, déplore-t-on pour lui, la majorité des militants ne voient pas son objectif sous un bon angle d’entendement.

Au contraire, les cadres et militants soutiennent que la stratégie du 2e vice-président n’est rien d’autre qu’une façon de se faire plébisciter. Ainsi, dit-on, il disposera d’un bel alibi de défense, en prétextant que… ce sont eux les militants eux-mêmes qui lui ont demandé de se porter candidat au congrès.

Aussi, bon nombre de militants demeurent convaincus que n’ayant le soutien d’aucune section à la base, Oumar Ibrahim Touré se mènera lui-même droit au mur. Ils signalent d’ailleurs que ce dernier doit tout à Soumaïla Cissé qui l’a “fabriqué”, en oeuvrant aussi pour sa montée fulgurante sur la scène politique.

Même la famille politique à laquelle appartient le ministre soutient que s’il ne fait pas attention, il risque de ne récolter que l’humiliation, lors de ce congrès du parti attendu dans les prochains jours. Une façon comme une autre de dire qu’il risque d’être… celui qui a préparé la propre corde de sa pendaison politique.

Laya DIARRA

24 avril 2008.