Partager

Pas Abderhamane Niang, c’est bien Issaka Sidibé le nouveau président de l’Assemblée Nationale. Une élection qu’il a remportée haut la main face à Dr Oumar Mariko. 115 voix contre 11 pour son adversaire, 20 votes blancs et 1 nul. Cela met fin au feuilleton. Les pronostics avancés ont été de loin déviés.

jpg_une-2581.jpgL’élu de Tenenkou, M. Niang n’était même pas de la course. Mais sa place était au présidium et il occupait la chaise du doyen des élus avec à ses côtés les deux plus jeunes (Amadou Thiam et Youssouf Aya). Grande surprise de la matinée. Et pourtant ce compagnon de longue date à Ibrahim Boubacar Keïta avait échappé- et de la plus belle manière- au combat qui lui opposait aux ténors du parti RPM. La Cour Constitutionnelle trancha en validant son alliance (RPM-URD) au détriment de la liste unique (RPM) à Tenenkou. Une affaire qui opposait le bureau national du parti qui avait le soutien de la première vice-présidente à la sous-section (Tenenkou) rassurée par le secrétaire général, M. Bocar Tereta (membre très influent cité même fondateur du RPM).

La logique de la Cour était la suivante : ‘’Le statut de premier vice-président est supérieur à celui de Secrétaire général. Donc c’est sa décision qui prime’’. Oui c’est vrai, mais cette victoire si forte- d’un homme traité d’intrus- avait ses explications qui remontaient jusqu’au sommet de l’Etat.

L’Ami (IBK) aurait donné des instructions depuis Koulouba en vue de lui confier – une fois élu- la deuxième institution du pays. Et pourtant dans le calcul des ténors du RPM, le poste aurait déjà un occupant. Il s’agit de M. Haïdara candidat défait en commune I lors du 2e tour. Les supputations étaient grandes et allaient jusqu’à parler de ‘’complot et de trahison’’ dans l’unique optique de les écarter de la gestion du pouvoir au profit des ‘’intrus’’.

Bataille perdue et non la guerre

C’est bien l’échec, mais le coup n’est pas perdu. Et pour le (IBK) rendre dépendant d’eux (ténors RPM), ils forment un bloc autour de la candidature de M. Issaka Sidibé qui est un militant du RPM. Pourquoi ce choix ? Est-il le plus méritant ? Et les hommes qui sont restés entièrement fidèles au RPM, comme Timbiné (président de la jeunesse qui était cité probable candidat), Diarrassouba (membre de la commission chargée de la composition des listes RPM et alliance dans les circonscriptions au compte des législatives) etc. Mais de surcroit, il est le beau-père de Karim Keïta.

Donc le Beau-père opposé à l’Ami ! Cela ne donne pas à réfléchir, le choix est instantané. Il est maintenant contraint de les suivre. L’affaire est devenue familiale et le contraire à ce choix pourrait avoir deux conséquences : l’implosion du parti et la détérioration du tissu social entre les deux familles (Keita et Sidibé). Hors tout est bon à entendre sauf : « c’était le choix du parti, mais il a barré la présidence de l’Assemblée Nationale au beau-père de son fils dont la candidature, sans même trop réfléchir, était soutenue et par Karim et par la première dame ».

Il se croyait le plus malin, mais le revers fut très amer. Et il est tenu responsable de ce que les maliens viennent de vivre. C’est ‘’Tché Tché’’ maintenant (égal à égal).

Boubacar Yalkoué

Le Pays du 28 Janvier 2014