Partager

Apparemment, l’homme fort de Koulouba n’arrive pas à supporter la presse qu’il renvoie chaque fois de la salle lors de ses évènements. Selon des sources concordantes, le président de la République, Ibrahim Boubacar Kéita, a renvoyé de la salle les journalistes qui étaient venus couvrir la rencontre entre lui et les mouvements armés du Nord en l’occurrence le MNLA, le HCUA, le MAA, le Mouvement des forces patriotiques (Ganda izo, le Ganda koy et d’autres groupes armes), hier à Koulouba.

IBK a donc chassé les journalistes de la salle comme des malpropres. On comprend qu’avec le huis clos les journalistes ne soient pas admis à écouter toutes les vérités, mais de là à les chasser sans diplomatie !

Cela fait la troisième fois depuis sa prise de fonction que l’homme fort du pays chasse ainsi la presse dans l’exercice de ses fonctions. La première fois c’était lors de son premier conseil de ministres au lendemain de la formation de son gouvernement. Ce jour-là IBK a autoritairement renvoyé les hommes de médias de la salle à Koulouba. Des hommes de médias qui étaient préoccupés par les prises de photos. IBK avait même lancé un message fort à son protocole en lui signifiant que ça soit la dernière fois qu’il fasse ce genre de travail à sa place.

Qu’est-ce qui se passe donc entre IBK et les journalistes ? Les journalistes qui l’ont pourtant aidé à devenir président de la République sont-ils devenus brusquement pestilentiels aux yeux du président de tous les Maliens ? Celui qui s’est engagé à sauvegarder les acquis démocratiques lors de sa prestation de serment peut-il ignorer que la presse est une pierre angulaire de cette démocratie ?

Abdoulaye Diakité

L’Indicateur du Renouveau du 18 Septembre 2013