Partager

Dans notre livraison d’hier lundi, nous annoncions que » IBK place ses hommes à la cellule de communication de la présidence » en faisait sortir nos confrères Kader Maïga et Issa Doumbia, tous les deux des journalistes, pour les remplacer par un autre confrère, Sambi Touré de Info Matin et Bouh Touré, le chargé de la communication du RPM, le parti présidentiel.

Seul rescapé de ce blitz, notre autre confrère Diarrah Diakité. Cette attaque-éclair contre la cellule de communication héritée du président ATT n’était que le début d’une vaste opération de restructuration de la présidence de la République.

Hier Toumani Djimé Diallo, le ministre secrétaire général des lieux a rassemblé le beau monde qui travaille sous ses ordres pour lui annoncer la dissolution de toutes les cellules qui animent l’épicentre du pouvoir au Mali.

Ainsi, en plus de la cellule de la Communication et des relations publiques disparaissent les cellules de la Sécurité, du Développement rural et des infrastructures et celle dédiée à la Diplomatie. Entre autres, puisque la présidence, jusqu’à hier, ne comptait pas moins de sept cellules.

Raison invoquée pour expliquer ce chambardement : l’effectif du saint des saints est pléthorique, vieillissant, peu efficace et budgétivore.

Au final, beaucoup de gens vont se retrouver au chômage technique. Au nom de la quête de l’efficience.

Et s’il y avait une arrière-pensée politicienne, les gens de IBK venant tout simplement se substituer à ceux de son prédécesseur ATT ?

Kassoum THERA, Mamadou FOFANA

29 Octobre 2013