Partager

IBK a affronté Soumaïla Cissé, le 11 août 2013, dans le cadre du 2ème tour de l’élection présidentielle. Si le lendemain, Soumaïla cissé s’est déplacé chez IBK pour lui présenter ses félicitations, avant même que l’administration territoriale ait procédé à la proclamation des résultats provisoires, c’est désormais officiel : IBK est le président de la République du Mali.

La cour constitutionnelle du Mali a rendu son arrêt qui est sans appel le 20 août 2013. Et mieux que la proclamation des résultats du deuxième tour de l’élection présidentielle, la cours constitutionnelle du Mali, conformément à la constitution malienne, « dit que le mandat de Monsieur Ibrahim Boubacar Keita prendra effet pour compter du 4 septembre 2013 à oo heure ». Par cette décision, la constitutionnelle du Mali vient de mettre fin à toutes les supputations sur la date de l’investiture du président de la République.

Sans attendre la publication officielle des résultats de l’élection présidentielle par la cour constitutionnelle, de nombreux compatriotes se sont lancés dans la publication de dates d’investiture tendancieuses. Par moment, sans le savoir, ils ont même fait des projections, fruits de leurs imaginations, qui violeraient la constitution. On ne sait au nom de quelle logique, certains prévoyaient l’investiture pour le 22 septembre 2013. Or en la matière, la constitution malienne est claire.

Dans son article 37, elle dit que « Le Président élu entre en fonction quinze jours après la proclamation officielle des résultats. Avant d’entrer en fonction, il prête devant la Cour suprême le serment suivant: ‘’Je jure devant Dieu et le Peuple malien de préserver en toute fidélité le régime républicain, de respecter et de faire respecter la Constitution et la loi, de remplir mes fonctions dans l’intérêt supérieur du Peuple, de préserver les acquis démocratiques, de garantir l’unité nationale, l’indépendance de Patrie et l’intégrité du territoire national. Je m’engage solennellement et sur l’honneur à mettre tout en œuvre pour la réalisation de l’Unité africaine’’.

Après la cérémonie d’investiture et dans un délai de 48 heures, le Président de la Cour suprême reçoit publiquement la déclaration écrite des biens du Président de la République. Cette déclaration fait l’objet d’une mise à jour annuelle ».

Assane Koné

Le Républicain du 21 Août 2013