Partager

Notre enquête

Salif Kéïta a succédé à Tidiani Niambélé. C’était à la suite d’une élection fortement pilotée d’ailleurs. Les noms du Président de la République Amadou Toumani Touré, de son ministre du Développement Social et des Personnes Agées, Djibril Tangara, ou d’autres membres du Mouvement citoyen revenaient très souvent sur les lèvres par rapport à l’élection du successeur Tidiani Niambélé.

Sans doute ATT avait émis le vœu de voir l’équipe de Tidiani Niambélé partir lors de sa conférence de presse du 8 juin. De là à lui coller un candidat de sa préférence le pas est facilement franchi par plus d’un.

Ce dimanche 26 juin à l’occasion du conseil extraordinaire de la Femafoot la politique avait submergé le sportif. Dès la démission annoncée de Tidiani Niambélé les pressions ont surgi de toutes parts.

Le candidat naturel à la succession, le premier vice-président Hammadoun Kola Cissé que nombre d’observateurs voyaient mieux conduire une transition à dû céder. Jouissant pourtant d’une grande estime, il a dû renoncer à piloter une transition qui devait conduire à la fin du mandat de l’équipe sortante en décembre 2006.

Nombre d’observateurs demeurent convaincu qu’une transition permettrait au mieux de trouver, du moins, un début de solution à la crise du football malien. D’autant que le fossé s’était élargi entre partenaires et adversaires de l’ancien bureau fédéral.

Les premiers tenaient à maintenir la décision rendue par la commission d’appel fédérale par rapport à l’affaire Malal N’diaye (joueur du Djoliba). Les seconds, tenaient mordicus à rétablir la justice sportive, et faire émerger un homme neuf, plein d’idées novatrices comme Moussa Konaté. Avec ses compagnons Mahamadou Samaké et Banou Makadji, le président du COB avait le malheur d’effrayer plus d’un.

Ses accointances avec l’un et l’autre homme avait fait de lui l’homme à abattre malgré son éloquence, la cohérence de ses arguments et son ambitieux chantier pour le football malien. Alors dès la démission de Niambélé, et le faux bond de Hamadoune Cissé, Domingo devenait par la force des choses le favori de l’autre camp.

Et des tractations nocturnes ont été menées dans ce sens. Des sources dignes de foi, on apprend que tard dans la nuit du samedi des délégués sont restés à l’hôtel Mandé pour dégager un bureau consensuel, qui n’a pas varié d’un iota à l’issue des travaux de la commission d’investiture, le lendemain.

C’est dire que la tendance qui s’est dessinée le matin n’a pas en réalité changé. Pourtant à un moment des débats surtout vers les 20 heures, lorsqu’on épiloguait sur l’affaire des 6 points, la tendance Moussa Konaté semblait reprendre la main. En tout cas certains avaient le sourire, les débats dégageaient une majorité favorable à leur position.

Le Djoliba perdait les 6 points en faveur du Débo et du Nianan. Les uns venaient de perdre une bataille, les autres gagnaient un combat, et la guerre continuait de plus belle.
Retrouver les points semblait le seul combat de certains.

En l’occurrence Mopti et le Débo club qui s’alignaient dès lors dans le camp de Salif Kéïta. C’est ainsi qu’à l’issue du vote de la commission d’investiture vers 1 heure 30 du matin Domingo a largement dominé son adversaire avec 17 voix contre 6.

Salif Kéïta et son camp venaient de remporter une victoire historique.
Car, c’est la 1ère fois qu’un bureau fédéral est emporté à la faveur d’un conseil extraordinaire à l’issue d’un vote de défiance. Le nouveau président de la Femafoot a fait une main tendue à Moussa Konaté et compagnie.

Très fair-play, Konaté reconnaît dans la composition de la nouvelle équipe des hommes capables de mener à bon port notre sport roi avec l’aide de tout un chacun.

Alors que d’autres observateurs doutent déjà de la capacité réelle de la nouvelle équipe au regard de sa composition hétéroclite. Attendons plutôt de les voir à l’œuvre.
Souleymane Diallo

Le nouveau bureau fédéral

Président : Salif Kéïta

Premier vice-président : Karounga Kéïta

Deuxième vice-président : colonel Boubacar Diarra

Trésorier général : Bréhima Traoré

Trésorier général adjoint : Aliou Aya

Président commission statuts et règlement : Me Amadou Camara

Président commission centrale finances, sponsoring et marketing : Yehia Ag Mohamed Aly

Président commission centrale des programmes : Boubacar Théodore Diop

Président commission centrale de football féminin et futsal : Gouro Cissé

Président commission centrale des arbitres : Modibo Diarra

Président commission centrale discipline : Abdoulaye Diawara

Président commission centrale sécurité : Colonel Mady Boubou Kamissoko

Président commission centrale d’organisation : Fakourou Sylla

Président commission centrale de communication : Mamadou Kaloga

Président commission centrale médicale : Dr. Mamadou Boré Membres de droit : présidents des ligues.

28 juin 2005