Partager

Il se veut être, entre autres, celui qui fera franchir au football malien un palier décisif vers la maturité avec une orientation qui ne souffre d’aucune équivoque, assortie d’objectifs précis avec des résultats mesurables

En prélude à l’élection pour la présidence de la Fédération malienne de football, prévue le 8 octobre prochain, le candidat Salaha Baby, président de la ligue régionale de football de Tombouctou, entouré de plusieurs membres de sa liste était face à la presse le lundi 21 aout dernier, à l’ACI 2000 pour dévoiler ses ambitions pour le football malien. Cette candidature est désormais appuyée par 21 membres des amis du Collectif des clubs et ligues majoritaires de la Femafoot dont il porte les couleurs à cette élection. Un collectif qui a toujours dénoncé et combattu contre la mauvaise gestion du bureau sortant dirigé par l’Inspecteur général de police Boubacar Baba Diarra.

Pour planter le décor, le Candidat Salaha Baby, a expliqué que son intervention s’articulera autour de quelques points essentiels. Il s’agit des gestions précédentes ; ses ambitions pour le football malien ; le renforcement des capacités des ligues régionales ; la création de la ligue professionnelle ; le financement de notre football ; les textes qui régissent notre football ; les relations avec le département de tutelle, aux dirigeants des ligues, clubs et associations membres ainsi qu’avec la presse.
S’agissant des gestions précédentes, le candidat Salaha Baby, dit qu’il a la ferme volonté de rompre avec certaines méthodes et pratiques de gestion désuètes incompatibles avec le progrès. Car selon lui, il est devenu urgent pour la gestion moderne de notre football d’instaurer une culture de bonne gouvernance.

Par rapport à ses ambitions pour le football malien, Salaha Baby, se veut être celui qui fera franchir au football malien un palier décisif vers la maturité avec une orientation qui ne souffre d’aucune équivoque, assortie d’objectifs précis avec des résultats mesurables.

Ensuite, il compte renforcer les capacités des ligues régionales qui se trouvent encore limitées. «  Nous tous ensemble, avec l’appui indispensable de l’Etat, des collectivités locales, du secteur privé, nous devons nous convaincre de l’urgence de renforcer impérativement les capacités d’organisation et d’action de nos structures régionales pour leur permettre d’entretenir des clubs viables en mesure de rivaliser avec les clubs de la capitale si on veut éviter que le football au Mali ne se limite au seul district de Bamako », a laissé entendre M.Baby. I envisage la création de la Ligue professionnelle pour plus de visibilité du football malien et mettre en place un système de financement.

Sans oublier l’amélioration des relations de la Femafoot avec le département de tutelle. Il a aussi pris l’engagement de ne jamais rien entreprendre sans se faire appuyer sur les règles et principes démocratiques dont s’inspire le mode de fonctionnement de la fédération. Ces règles et principes sont la concertation, l’esprit d’équipe, la transparence, la justice, la concordance entre les convictions et les actes, mais aussi, le respect scrupuleux de la diversité des points de vue et des textes régissant notre football, a-t-il expliqué.

Avant de proposer aux dirigeants des ligues, clubs et associations membres, un contrat d’union sacrée où tout le monde sera sur le même pied d’égalité. « La seule voie du progrès pour moi, c’est la mise en commun de nos énergies, c’est notre volonté commune à agir ensemble, la main dans la main, en renonçant à tout ce qui peut faire tort à notre football », a-t-il conclu.

AMTouré

Le 22 Septembre du 24 Août 2017