Partager

Afin de sauvegarder et de réhabiliter le fleuve Niger pour lui permettre de jouer pleinement son rôle de locomotive en le débarrassant des impuretés, tout en le protégeant contre l’ensablement et les autres phénomènes qui entravent sa survivance, l’Agence du Bassin du Fleuve Niger avec l’appui du ministère de l’environnement, de l’assainissement et du développement durable et leurs partenaires ont élaboré un large projet. Le projet a été décortiqué, le Mercredi 08 Juin 2016 à la maison des ainés lors d’une conférence débat, par le Directeur général adjoint de l’Agence du Bassin du Fleuve Niger (ABFN) Moussa Diamoye dans le cadre de la 17eme édition de la quinzaine de l’environnement.

une-3152.jpg

Le Directeur Général Adjoint l’Agence du Bassin du Fleuve Niger Moussa Diamoye a entamé ses propos en décrivant le ténébreux tableau de l’état de dégradation du fleuve Niger. Selon lui, les indicateurs sont inquiétants et se manifestent, notamment, à travers : la détérioration de la qualité de l’eau du fleuve; l’apparition de plantes aquatiques nuisibles et proliférantes; l’éboulement des berges; l’occupation et/ou l’exploitation des servitudes fluviales au mépris de la loi. Il a prévenu que le Programme National de Sauvegarde du Fleuve Niger (PNS-FN) vise à contribuer à la réalisation et à la capitalisation de toutes les actions concourant à maintenir le fleuve Niger dans ses fonctions économique, environnementale, sociale et de mobilité à travers : l’amélioration de sa navigabilité ; l’aménagement de ses bassins versants ; la protection de ses berges contre les dégradations ; la dépollution des lits de ses affluents et de son cours d’eau principal ; la récupération et l’aménagement de ses berges au niveau des grandes agglomérations. Le Directeur Général adjoint de l’agence du bassin du fleuve Niger a fait savoir que l’objectif du projet est de contribuer à la réalisation et à la capitalisation de toutes les actions concourant à maintenir le fleuve Niger dans un état lui permettant de jouer l’ensemble de ses fonctions susmentionnées en ce qui concerne sa composante malienne.

Le coût total du programme, en francs CFA, est estimé à Mille Quatre Cents Trente Un Milliards Cinq Cents Cinquante Trois Millions Quatre Cents Mille Francs CFA (1.431.553.400.000 FCFA), informe-t-il. « Le Programme National de sauvegarde du Fleuve Niger est une réponse aux différentes préoccupations et contraintes liées à la sauvegarde du fleuve Niger. Sa mise en œuvre permettra sans nul doute au fleuve de jouer pleinement ses différentes fonctions à travers: l’amélioration de sa navigabilité ; l’aménagement de ses bassins versants ; la dépollution des lits de ses affluents et de son cours d’eau principal ; la protection de ses berges contre les dégradations ; la récupération et l’aménagement de ses berges au niveau des grandes agglomérations. », a-t-il dit.

Moussa Samba Diallo

Le Républicain du 10 Juin 2016