Partager

Le Vérificateur général a rendu public son rapport annuel au titre de l’année 2006. Le rapport a décelé un manque à gagner de près 103 milliards de F CFA pour le Trésor public, soit l’équivalent de 69 % de la masse salariale annuelle. Une situation due essentiellement à la fraude et à la mauvaise gestion.

Le rapport 2006 du Vérificateur général, le 2e du genre depuis qu’il est installé, a été porté à la connaissance de la presse vendredi dernier au cours d’un point de presse. Le manque à gagner constaté par ses missions de contrôle sur la période 2002-2006 s’élève à 102 631 496 281 F CFA, soit un peu moins de 103 milliards de nos francs. Cette perte représente 69 % de la masse salariale annuelle de la fonction publique ou même deux fois le budget prévu annuellement pour équiper l’administration malienne.

Cette perte sèche pour l’économie nationale est révélée par 27 missions de contrôle portant sur les services de l’assiette comme les impôts et la douane, les ministères de la Santé et de l’Education à travers le Prodess et le Pise, et leurs Daf, ainsi que les ministères des Mines, de l’Energie et de l’Eau ; de la Culture. Le secteur agricole, à travers l’Office du Niger, est également épinglé.

Les droits de douane irrégulièrement apurés, constituent près de 70 % de ce manque à gagner qui se chiffre à près de 38 milliards de nos francs de taxes et impôts non recouvrés par la direction générale des impôts sur des opérateurs économiques. L’importation frauduleuse des hydrocarbures a occasionné 15 milliards de F d’argent volatisé. Des chèques impayés relatifs aux règlements des droits et taxes des produits pétroliers ont créé un trou de 18 milliards. Mais, le Végal a noté que sur ce montant, 16 milliards ont été à ce jour régularisés.

Santé, Mines, Education : 7 milliards de pertes

Du fait des détournements et de la mauvaise gestion, 7 milliards de F CFA de pertes sont reprochés à l’Office du Niger. Les trois ministères (Santé, Education et Mines) font une perte cumulée de plus 7 milliards. La Santé, où le Programme décennal de la santé (Prodess) a fait l’objet de vérification, l’argent dépensé pour les cérémonies de réception et les missions est estimé à 3 milliards, les entretiens de véhicules font près d’un milliard. Toutes ces dépenses sont six fois plus élevées que celles consacrées à la santé à proprement parler.

L’Education est prise dans la nasse des vérificateurs pour des livraisons fictives de manuels scolaires se chiffrant à 3 milliards de F CFA. La Daf du ministère des Mines, de l’Energie et de l’Eau s’est illustrée dans l’achat pour la seule journée du 31 décembre 2005 de thé, sucre d’une valeur de 11 millions de F CFA. La Daf du ministère de la Culture a été épinglée pour le manque à gagner constaté dans l’exécution budgétaire sur la période 2005 de 13,3 millions de F.

Les irrégularités constatées dans les différentes Daf découlent, selon le rapport, du fait du fractionnement des marchés, les dépenses douteuses et la violation des règles de passation de marché et de détournement.

Le Végal, Sidy Sosso Diarra, a expliqué que la publication du présent rapport a pris deux semaines de retard par rapport à 2005 pour la simple raison que le volume du travail était plus énorme cette année. Selon lui, il a eu 26 structures contrôlées contre 10 en 2005. Il a jugé long le temps consacré à la procédure contradictoire.

Le 3e rapport portant sur 2006 est déjà en chantier. Aux dires du Végal, une cinquantaine de missions sont prévues avec des thèmes identifiés. Le travail est en cours. Une dizaine de missions a commencé et 3 ou 4 rapports sont déjà ficelés.

Le rapport 2006 est sur le site web depuis le vendredi 30 juin 2007 à l’adresse du bureau du Vérificateur général : www. bvg.mali.org

Abdrahamane Dicko

02 juillet 2007.