Partager

Les élections communales auront lieu le 26 avril 2009. Ainsi en a décidé le conseil des ministres la semaine dernière. Mais à 44 jours du scrutin tout ne n’est pas encore prêt.

Le 26 avril 2009, les Maliens devront se rendre aux urnes pour choisir leurs nouveaux élus locaux (maires et conseillers communaux). Le conseil des ministres de jeudi dernier en a ainsi décidé et coupé court aux supputations qui laissaient présager un possible report des élections communales. En effet, la Délégation générale aux élections (DGE), organisme chargé de la confection du fichier électoral, pièce maîtresse des élections, est toujours à pied d’œuvre pour mettre au point ce document.

Dans deux salles à l’intérieur du bâtiment, les membres de la commission administrative s’attèlent à corriger les imperfections sur les listes qui seront ensuite envoyées au ministère de l’Administration territoriale et des Collectivités locales. Dans ces salles, chacun est concentré au maximum. Mais, la DGE pourra-t-elle mettre le fichier électoral à disposition à temps ?

La Ceni disposera-t-elle également à temps du matériel adéquat pour accomplir sa tâche de supervision et de suivi ? Dans toutes ces deux structures, l’on reconnaît que tout n’est pas encore prêt, mais l’on se garde d’évoquer un éventuel report.

En ce qui concerne la DGE, selon Thomas Lazare Kéita, chargé de communication à la DGE, cette institution ne peut pas solliciter le report des élections. Mais dans un rapport, la DGE, sans demander ouvertement quoi que ce soit, exprime son inquiétude sur le fait que le ficher électoral n’est pas encore prêt.

Cette même inquiétude est également formulée à la Commission électorale nationale indépendante. Elle manquerait encore de moyens logistiques et de ressources financières pour bien faire son travail.

Seydou Traoré, le président de la Céni, se serait adressé à l’Association malienne pour la défense des droits de l’Homme (AMDH) pour solliciter le report, le temps de mettre tous les intervenants dans les conditions optimales pour que les élections soient une réussite.

Cette information n’a été confirmée ni par la Céni ni par l’AMDH. Mais si l’Etat venait à reporter les élections communales pour qu’elles se déroulent dans de conditions acceptables pour tous, ce serait tant mieux pour notre démocratie.

On se rappelle que les dernières communales avaient été repoussées de deux semaines, le temps de permettre aux partis politiques de rentrer en possession de l’aide publique pour financer une partie de leurs activités et campagne.

Le président ATT, au cours d’une brève rencontre avec des partis politiques à Koulouba, avait accepté le report de deux semaines et instruit à son ministre de l’Administration territoriale et des Collectivités locales d’accélérer la procédure de décaissement de l’aide publique aux partis politiques.

Le chef de l’Etat était même étonné d’apprendre que les partis politiques n’avaient pas encore touché leur argent et que cela puisse être la cause du report. En tous les cas, les partis politiques ne semblent pas être, cette fois, dans une logique de report. Nombreux d’entre eux se préparent activement.

Denis Koné

09 Février 2009