Partager

Les 1ers Jeux de l’Association des comités nationaux olympiques d’Afrique (Acnoa), du 23 au 28 décembre 2006, débutent ce samedi au stade Omnisports Modibo Kéita de Bamako. En effet, c’est notre capitale qui a été choisie pour abriter cette compétition, réservée aux juniors, au compte de la Zone II. Le comité d’organisation dirigé par le colonel Issa Diallo (vice-président du CNOSM) promet une grande fête à la jeunesse de la Zone II du Conseil supérieur du sport en Afrique (CSSA).

« Nous avons choisi la période des congés de Noël et nous ferons des jeux un vecteur de coopération et de développement afin que Bamako 2006 soit une réussite ». Tel est l’engagement pris par le comité d’organisation des premiers Jeux de l’Acnoa dans la Zone II du CSSA. Une manifestation qui va au-delà des compétitions sportives puisqu’elle va se dérouler sous des thèmes comme « Jeunesse, intégration et paix ; lutte contre le VIH/Sida et préservation de l’environnement ». C’est une cérémonie d’ouverture riche en couleurs et en symboles qui est programmée par le comité d’organisation, à partir de 16 h. Elle sera présidée par le chef de l’Etat, Amadou Toumani Touré.

Réservés aux juniors, ces Jeux vont réunir les huit pays de notre zone. Il s’agit du Mali, de la Guinée-Conakry, de la Guinée-Bissau, du Sénégal, du Cap-Vert, de la Gambie, de la Mauritanie et de la Sierra Leone. « Tous les pays ont confirmé leur participation », assure le colonel Issa Diallo, vice-président du Comité national olympique et sportif du Mali (Cnosm) et président du comité d’organisation de ces jeux.

Les moins de 20 ans vont rivaliser de talent en athlétisme, en taekwondo, en lutte traditionnelle et en football. Le tirage au sort du tournoi de foot avait eu lieu lors de la cérémonie de lancement officiel du 29 novembre 2006 à l’hôtel Azalaï Nord-Sud de Bamako. Il avait donné 2 poules de 4 équipes. Ainsi, la poule A est composée du Mali, du Sénégal, de la Guinée-Bissau et de la Gambie. Tandis que la Sierra Leone, la Guinée-Conakry, le Cap-Vert et la Mauritanie vont s’affronter dans la poule B. Mais, aux dernières nouvelles, nous apprenons que le Cap-Vert ne pourra pas aligner d’équipe en football.


L’amorce du développement sportif

Conçu comme un projet de développement, les jeux de l’Acnoa étaient le socle du programme présenté par le général Lassana Palenfo à la 11e session de l’Assemblée générale de l’association à Accra (Ghana, du 17 au 18 juin 2005).
Ces jeux organisés dans les différentes zones du CSSA doivent aboutir sur l’organisation des Jeux olympiques d’Afrique en 2007. Et c’est la pertinence de telles initiatives qui ont favorisé l’élection de l’Ivoirien à la tête de l’Acnoa dans la capitale ghanéenne. Une élection favorisée par l’engagement du Mali à travers le président du Cnosm, Habib Sissoko.

« C‘est le président de l’Acnoa, l’intendant-général Lassana Palenfo, suite au forum sur le sport et l’olympisme tenu à Tunis en novembre 2005 qui a attribué à notre pays l’organisation de ces 1ers Jeux », précise le colonel Diallo. La confiance placée au Mali n’est en réalité qu’un renvoi de l’ascenseur à cause des efforts déployés par le gouvernement malien et le président du Cnosm pour redynamiser l’Acnoa à travers l’élection du général Palenfo.

C’est aussi une reconnaissance de notre expérience et de notre notoriété dans l’organisation des compétitions de cette envergure. « Nous avons une culture de l’organisation à travers les hommes et les femmes formés lors de la Can-2002 et la Camfoot 2004 », reconnaissent les organisateurs.

Pour le ministre de la Jeunesse et des Sports, Natié Pléah, « le choix porté sur le Mali est un honneur et un défi. Un honneur parce qu’il atteste de la confiance placée en nous par nos pairs de la zone. Un défi, parce qu’il fait appel de nouveau à la capacité de mobilisation et d’organisation dont notre pays fait montre à l’occasion de l’organisation des grands événements sportifs tels la 23e édition de la Coupe d’Afrique des nations de football en 2002 et la Camfoot en 2004 ».

Du côté des organisateurs, on assure que toutes les dispositions ont été prises pour combler les attentes de l’Acnoa et de la Zone II et pour honorer le Mali.

Moussa Bolly

22 décembre 2006.