Partager

Les Etats-Unis ont mené lundi leurs premières frappes aériennes contre des positions du groupe Etat islamique (EI) à Syrte en Libye, à la demande du gouvernement d’union nationale (GNA) dont les forces peinent à reconquérir ce principal fief des jihadistes dans le pays. « Les premières frappes américaines contre des cibles précises de Daech (acronyme arabe de l’EI) ont eu lieu aujourd’hui, infligeant de lourdes pertes (aux jihadistes) à Syrte ». Washington qui a au cours des derniers mois mené d’autres frappes aériennes contre l’EI en Libye a immédiatement confirmé ces bombardements à Syrte. « A la demande du GNA, les forces armées des Etats-Unis ont conduit des frappes précises contre des cibles de l’EI à Syrte ». ‘Cadre limité dans le temps’. Pour M. Sarraj cependant, ces frappes interviennent « dans un cadre limité dans le temps » et elles « ne dépasseront pas Syrte et sa banlieue ».Aucun soldat américain « ne participera aux opérations terrestres du GNA », a assuré le responsable de la Maison Blanche, et l’aide des Etats-Unis « se limitera aux frappes et au partage de renseignements ». Syrte est considérée comme l’un des principaux bastions de l’EI en dehors de la Syrie et l’Irak. Il y aurait entre 2.000 à 5.000 combattants de l’EI dans différentes villes de Libye, selon un rapport présenté le mois dernier par le secrétaire général de l’ONU au Conseil de sécurité. Et trois mois plus tard, en février, un autre raid aérien américain a touché un bâtiment abritant des jihadistes à Sabrata, à 70 km à l’ouest de Tripoli, faisant une cinquantaine de morts.AFP