Partager

Au Mali, le démarrage de cette semaine Mondiale des Nations-Unies pour la sécurité routière a été célébrée par une conférence-débats en vue d’informer et de sensibiliser les citoyens sur les risques liés à l’insécurité routière. La conférence a eu lieu hier matin au Mémorial Modibo Kéïta. Au présidium, il y avait le secrétaire général du ministère de l’équipement et des transports, M. Khalilou Bougounnon Sanogo, répresentant du premier Ministre, le secrétaire aux relations extérieures de l’association “Action et jeunesse pour le développement et sécurité routière” M. Idrissa Maïga, le représentant du président de l’association (AJD-SR) du nom de Mohamadou Fofana.

En effet, face à la récrudescence des accidents de circulation dus à l’inattention des uns et l’irresponsabilité des autres qui font basculer des vies, l’Assemblée Générale des Nations Unies a appelé en décembre 2005, dans sa résolution A/60/S sur l’amélioration de la sécurité routière mondiale, à l’organisation d’une semaine mondiale pour la sécurité routière. Cette résolution suivait d’autres adoptées à la fois par l’AG des N.U et l’Assemblée Mondiale de la santé qui se faisaient l’écho des préoccupations croissantes des gouvernements et des secteurs de la santé publique et du développement vis-à-vis du problème des traumatismes dus aux accidents de la circulation. Car, la plupart de ces traumatismes menacent plus de jeunes agés de 5 à 25 ans.

Au plan local, comme au plan mondial, les objectifs principaux de cette première semaine Mondiale sont d’une part sensibiliser l’opinion aux conséquences des traumatismes dus aux accidents de la circulation, en particulier chez les jeunes usagers de la route et d’autre part encourager les actions relatives aux facteurs de risque ayant le plus fort impact sur les traumatismes dus aux accidents de la circulation.

Au Mali, en particulier, selon le représentant de l’Association AJD-SR M. Idrissa Maïga, pour la célébration de la semaine, l’association et ses partenaires organiseront diverses activités notamment un concours de rédaction, une campagne de sensibilisation médiatique, une campagne de promotion du port du casque, un tournoi de football, la distribution de dépliants et la vulgarisation des premiers gestes de secourisme. M. Idrissa Maïga souligne également que cette première semaine offrira une occasion majeure d’améliorer la sécurité des centaines de milliers de jeunes qui sillonnent chaque jour les routes du monde entier. Il a montré que l’accident de la route n’est pas une fatalité. Donc dans ce cas, chacun doit jouer son rôle.

Quant au représentant du Premier ministre M. Khalilou Bougounnon Sanogo, il dira que la célébration de cette première semaine mondiale des Nations Unies sur la sécurité routière ne fera que reconforter d’une part, le choix de l’organisation mondiale de la santé (OMS), qui a retenu la sécurité routière comme thème de la journée Mondiale de la santé en 2004 et d’autre part, l’organisation chaque année par le Ministère de l’équipement et des transports, de la semaine de la sécurité routière.

Il a également rappelé les objectifs essentiels de cette semaine Mondiale : Sensibiliser l’opinion aux conséquences des traumatismes dus aux accidents de la circulation routière en particulier chez les jeunes usagers de la route mais aussi encourager les actions relatives aux facteurs de risque ayant le plus fort impact sur les traumatismes dus aux accidents de la circulation, le port du casque, la conduite en état d’ivresse, l’usage du téléphone en situation de conduite, les excès de vitesse, la conception des routes et l’état des véhicules.

Le thème de la semaine est “jeunes usagers de la route” et son slogan est “l’accident de la route n’est pas une fatablité”. Selon le secrétaire général M. Khalilou Bougounnon, ce thème doit interpeller toute la jeunesse de chaque pays, surtout quant on sait que les accidents de circulation routière constituent la deuxième cause de décès parmi les groupes d’âge de 5 à 44 ans en Afrique.

Le représentant du ministre a profité de l’occasion pour féliciter l’organisation action et jeunesse pour le développement et sécurité routière (AJD-SR) d’avoir pris sur elle l’initiative d’organiser diverses activités de sensibilisation qui viennent en appoint aux activités déjà consenties par le gouvernement dans le domaine de la prévention des accidents de circulation routière.

De même, le caractère mondial du phénomène et son ampleur ont conduit l’Assemblée Générale des N.U à inviter la commission economique pour l’Afrique (CEA) et l’OMS pour organiser la première semaine mondiale des N.U pour la sécurité routière du 23 au 29 avril 2007.C’est la preuve que la sécurité routière préoccupe également les N.U et les organisations internationales au plus haut niveau.

Face à la fréquence et l’ampleur des accidents de l’année 2006, le gouvernement malien a entrepris des actions afin d’analyser la situation et proposer des solutions idoines de sortie de crise.La protection des couches vulnérables, notamment la jeunesse et de sensibilisation occupent une place de choix dans le dispositif préventif de lutte contre l’insécurité routière.

C’est dans la perspective d’une pérénnisation des acquis de la lutte contre ce fléau et d’une lisibilité de l’ensemble des moyens engagés et des actions entreprises et à entreprendre qu’un programme multisectoriel sera prochainement soumis au gouvernement.

Le programme permettra de prendre en compte la complexité et la transversalité des actions de base et des actions préventives de la sécurité routière afin d’asseoir les bases d’une évaluation continue de ces actions.

Hady BARRY

24 avril 2007.